Nous avons reçu…

Ici, chaque mois, trouvez une rapide présentation des livres que nous recevons…

Nous avons reçu…

© dr

Nous avons reçu ...

Nous avons souhaité, par cette page, rendre visible à tous l’ensemble des ouvrages que nous adressent éditeurs ou auteurs.
Leur présentation n’est nullement critique. Nous reprenons les éléments transmis par l’éditeur (dossier de presse, 4e de couverture) ou un extrait.
Cette page complète le blog http://www.biblioblog.sqy.fr/ici-e-la/ sur lequel vous pouvez lire quelques notes critiques.

De mai à août 2015, nous avons reçu...

Comme un chat dans son bocal


Yann Sénécal
Éditions Clarisse
2015
88 pages
10 €
ISBN : 978-2-912852-41-0
170 allée de Sainte-Claire 76880 Martigny
www.editions-clarisse.net

« À la suite de l’uppercut asséné par la publication de « Je ne m’adresse plus la parole » (2010), Yann Sénécal martèle, dans ce nouveau round du corps à corps qu’il livre avec le quotidien, son attention prononcée des menus travers de notre société, « des mensonges pour vivre mieux ». L’aller-retour permanent des mesquineries à la farouche détermination d’aimer oblige à regarder, les yeux dans les yeux, que « les langues de vipère gagnent du terrain ».


Ma peau ne protège que vous

Laure Cambau
Le Castor Astral éditeur
Mars 2015
120 pages
12 €
ISBN : 979-10-278-0017-9
52 rue des Grilles 93500 Pantin
www.castorastral.com

« Pour Laure Cambau, pianiste et poète, il n’existe ni murs ni frontières entre parole et musique… Sur le fil électrique des voyelles, les oiseaux des consonnes se posent : « De la musique avant toute chose. »
Au centre d’un monde profondément absurde, dans un désordre programmé de tous les sens, qui sont les héros de cette mythologie du quotidien ? Un infirmier, une folle, un architecte soliloquent en parallèle et remplacent les divinités antiques dans un « Olympe à l’envers ». Une fugue à trois voix dans la déraison du monde. »


Aveux simples


Jeanine Baude
Encres de Marc Pessin
Voix d’encre
2015
19€
ISBN : 978-2-35128-103-1
www.voix-dencre.net

« Un incipit à René Rougerie suivi de Le Jardin de Mortemart puis d’Aveux simples, un parcours d’éditeur(s) donc, qui se fond et tresse le questionnement de l’écrivain tout le long de ce recueil.
Écriture rouge, écriture chauffée à blanc, creusant le mot, la phrase et la page du même burin si Corriger et corriger encore lier et délier / le blanc entre les mots sa mesure pérenne […] sont :

Aveux simples marée à l’étale quand le livre se ferme sur poursuivre et venir au jour encore et encore adoubant l’océan sa longue tresse ses dieux enfouis le vivre et le tenir allongeant ta durée le ressac la cécité râpeuse la tempête et coursant l’infini ta mesure d’être si fleurissant sous ton manteau de pierre tu ne surgis pas indemne de ce cri de ce cri seul sur la vaste colère celui qui arme ta main sur la page trouée l’idylle sa ceinture leurs élytres noyés l’air mangeant tes poumons soudain si vaste que soit l’étroit si vaste que soit le monde. »


(…) sur la ligne


Christophe Lamiot Enos
Éditions de l’Amandier
Mai 2015
174 pages
20 €
ISBN : 978-2-35516-284-8
56 boulevard Davout 75020 Paris
www.editionsamandier.fr

« L’auteur, déjà notablement connu en tant que poète, présente là un travail original, élaboré à partir d’une résidence au « 104 » et intégré dans le tissu urbain, le quotidien de la vie de la ville. Ce rapport étroit d’une écriture contemporaine, toujours en quête de recherche formelle, avec notamment ce qui est oublié ou disparu, dans un fonctionnement mémoire de l’écriture, nous a séduits.

« Si je devais me livrer en peu de mots à l’exercice de résumer ce que fut mon vécu dans XIXe arrondissement, à partir du 104 de la rue d’Aubervilliers, en 2006, 2007 et 2008, je dirais qu’il s’agissait alors de collecter, tant bien que mal, cette façon dont l’oublié, le disparu, l’effacé, le passé sous silence, le considéré comme allant de soi et le peu visible s’inscrivent, aujourd’hui, dans le lieu public surtout, par présences, en matérialité incontournable. Remarquablement. Comment un anonyme (ou un multiple, pluriel et quotidien, voué à l’anonymat) traverse nos alentours et façonne, aussi, le regard (le monde, notre monde), à sa manière, accaparant aussi l’attention, s’imposant aussi à la perception, décidant aussi de nos attitudes et de nos gestes, avec enfin des conséquences jusque sur notre façon de dire, peut-être : voici le sujet de, ou la question à laquelle s’organise (…) sur la ligne. »



Soudain


Jeanine Baude
La rumeur libre éditions
2015
140 pages
18 €
ISBN : 978-2-35577-091-3
www.larumeurlibre.fr

« Soudain et tu n’es plus qu’une emmurée docile
Soudain les vastes terres se cognant en leurs angles
Soudain et tu surprends la lutte primitive
Soudain carotides et sangsues liant leurs ouvertures
Soudain le corps emblématique propulsé dans l’espace
Soudain et tu comprends que la démence sied aux galaxies
Soudain le jour encerclé sa girandole de feux
Soudain la peur collée aux cintres d’un théâtre sans lieu
Soudain et tu n’es plus qu’un point sur ce terrain sa déclive

Soudain la lettre seule épelée appelante
Soudain pliée et dépliée sa rondeur sa musique
Soudain aux autres s’emmêlant usinant sa longueur
Soudain sans théorème et sans robe sans appâts
Soudain sa nudité spectrale spirale ou sceptre
Soudain agrandissant son diadème nuptial
Soudain reptile au ruisseau marié aux abysses
Soudain serpente et s’abreuve et tournoie
Soudain glisse et remue déplaçant le vivant. »



Œuvres poétiques


Jeanine Baude
La rumeur libre éditions
2015
326 pages
21 €
ISBN : 978-2-35577-092-0
www.larumeurlibre.fr

« Le paysage, en tout cas, avec son défilé de formes et de couleurs, où se détachent par leur récurrence, le vert et le bleu, se présente toujours à nous dans cette œuvre comme une clé d’accès, en quelque sorte, à l’amour physique, à l’ivresse rituelle de la passion, mais aussi à la plus subtile spiritualité, à laquelle il peut conduire (« Je voudrais m’approcher du désir pur, presque désincarné, celui qui n’est habité par aucun désir de possession »). Si bien que l’on peut même dire qu’il émane de cette poésie une manière de panthéisme amoureux, telle est l’importance accordée au charnel dans ces poèmes, de façon contenue mais persistante. C’est comme une « mystique de la chair », comme un champ sacré. Sans compter que les choses du monde, les éléments du paysage sont si souvent reliés aux sinuosités du phénomène amoureux qu’il en résulte une poésie douée d’une dimension et d’une force telles que John Stout a pu rapprocher Incarnat désir du Cantique des Cantiques.
D’ailleurs, à la poésie de Jeanine Baude semble sous-jacente une conception de la poésie comme refus de toute idée de représentation figée, de ce qui, de quelque manière, nie le pouvoir de captation des mots. Cette poésie apparaît plutôt comme un essai sur les possibles, un pari sur l’ouverture de l’imaginaire que nous offre le monde, sur ce quelque chose qui est toujours tension, mouvement latent, déplacement et jamais immobilité. Dans ce sens, elle est indéfinissable, insaisissable, et c’est ce caractère de permanence et de fractures, ce pouvoir combinatoire des mots qui font la grandeur de cette poésie. C’est ce déplacement des faisceaux de focalisation ou plutôt leur multiplication, cette juxtaposition inouïe de contrastes qui fait resplendir ces poèmes en fulgurations qui diffèrent à chaque lecture comme des palpitations argentées sur la surface mobile d’une mer de sens. Jeanine Baude, originaire du Midi, de cette étendue inclinée de la Méditerranée, mer fermée, utérine, où palpite le bleu intense, plonge ses racines poétiques dans la beauté houleuse, rude, illimitée et convulsive de la Bretagne et de ses îles fouettées par la mer et submergées par l’humidité et la fureur grise. »
José Manuel de Vasconcelos



Sic


Antoine Dufeu
Coédité par les éditions al Dante et le Triangle
2014
68 pages
8 €
ISBN : 978-2-84761-745-0
www.al-dante.org
www.letriangle.org

« Chaque fois que Tony Chicane passait boulevard de Yougoslavie, le mot « Yugo » revenait à son esprit. Une même association d’idée lui faisait systématiquement penser au modèle emblématique de la marque Zastava qu’est la Yugo 45. Ce véhicule issu d’une étude réalisée par le centre de style Fiat qui aurait dû aboutir au remplacement de la 127 de cette marque et qui fut fabriqué à partir de 1980 en Yougoslavie connut aussi une carrière aux États-Unis, notamment sous la forme plutôt inattendue d’un cabriolet. »



Colliers de perles


Kouam Tawa
Coédité par les éditions al Dante et le Triangle
2015
150 pages
15€
ISBN : 978-2-84761-744.3
www.al-dante.org
www.letriangle.org

« Kouam Tawa était de passage au Triangle, dans le Blosne, à Rennes. Mais l’Afghanistan (du landay), le Japon (du haïku), la Malaisie (du pantoun) et son Cameroun natal on fait de cette cité le cœur d’une constellation toujours en mouvement…
Pour le poète, Le Triangle est un astérisme qui, à chaque mot, s’ouvre sur un nouvel infini. »



Algues & Barges


Patrick Le Divenah
Éditions p.i.sage intérieur
2015
71 pages
8€
ISBN : 978-2-9545680-6-5
11 rue Molière 21000 Dijon
http://p-i-sageinterieur.fr

« La poésie de Patrick Le Divenah est issue directement d’une certaine fascination pour la science (chère à Henri Michaux) et du ressassement souvent anaphorique (cher à Ghérasim Luca). Il s’écarte cependant de ces deux grands poètes par une certaine désinvolture, merveilleusement précise et contemporaine, qui lui permet de trouver son propre style. De la science, il utilise le vocabulaire, souvent cabalistique, dont il déchiffre l’humour, pour en faire une magnifique « planche poétique », un bestiaire inédit où l’humain n’est pas absent, et à l’opposée d’une poésie blanche. Sa poésie nous invite au repas d’un poète amoureux des mots et des images, gourmand gargantuesque de la parole, dont il fait une salade aux saveurs sucrées-salées, de sons et de sens, qu’il découpe en petits morceaux, carrés, rectangles, losanges et autres formes géométriques, le tout épicé de drôlerie. Un poète, qui par ailleurs est photographe, peintre et collagiste. »
Yves-Jacques Bouin



Mains
suivi de Sonder le vide


Myriam Eck
Éditions p.i.sage intérieur
2015
122 pages
8€
ISBN : 978-2-9545680-5-8
11 rue Molière 21000 Dijon
http://p-i-sageinterieur.fr

« Une voix qui exclut les thèmes classiques ou les traite en y intégrant un regard philosophique. Style du ressassement avec décalage des points de vue de texte en texte. Style aphoristique, maintenu d’un recueil à l’autre. Par conséquent, un choix déterminé d’écriture. Une conception sérielle de cette écriture. S’apparentant aussi bien à la musique qu’à la peinture.
Ecriture sans concession, style laconique. Proposition de « vérités » qui se contredisent et/ou se complètent. Vocables répétés, déplacements des sens.
Abstraction mesurée, donnant souvent à goûter les mots, issue d’une expérience de vie.
Utilisation de la forme des textes, utilisation du blanc de la page, intimement lié au propos, au sujet : le corps/le vide.
Les textes de Myriam Eck accompagnent parfois le travail des peintres. S’en inspirent. »
Yves-Jacques Bouin



Gris lumière


Jean-Pierre Burgrat
La Lettre Volée
2014
56 pages
14 €
ISBN : 978-2-87317-431-6
www.lettrevolee.com

« J’ai à traduire une voix dont les inflexions ne sont que souffle et silence
ombres et reflets mêlés aux plis de l’air que je respire
la parole sans les mots –

je dois la revêtir des signes qui lui donneront corps et la rendront lisible

fragment d’un écrit chimérique dont chaque page contient toutes les autres et les remanie en s’y ajoutant

ainsi qu’il en va des jours et des images enchevêtrées qu’ils inscrivent en nous. »



L’infamie de la lumière


François Muir
La Lettre Volée
2014
48 pages
14 €
ISBN : 978-2-87317-444-6
www.lettrevolee.com

« En prise à l’étendue
Ce qui bat le jour, après l’horizon
Se déplacent têtes et ciel
Tel le passeur, la main changée
Las, ce qui submerge
Guide l’ombre, celui qui pénètre la surface »



Le jeûne de la vallée


François Muir
La Lettre Volée
2014
68 pages
15 €
ISBN : 978-2-87317-445-3
www.lettrevolee.com

« De ce jeu au monde,
Le sort,
L’arme blanche,
Le fatras des cuirasses
D’ici la nuit,
En ce jour de passage,
Quel sera l’émissaire ? »



Un lent dépaysage


Mireille Fargier-Caruso
Éditions Bruno Doucey
2015
84 pages
13,50 €
ISBN : 978-2-36229-086-2
Cour d’Alsace Lorraine, 67 rue de Reuilly 75012 Paris
www.editions-brunodoucey.com

« Entre les blancs

Le retour inlassablement
Des images
L’une
Puis l’autre

Arrêt sur visages

Ainsi relire l’oubli »



Solstice


Elisabet Jökulsdottir
Éditions Érès
2015
10 €
ISBN : 978-2-7492479-9-1
www.editions-eres.com

« La voix d’Elisabet Jökulsdottir, tantôt naïve et expressive, tantôt affûtée comme une lame de rasoir, cherche à nous confier quelque chose de précieux, à nous révéler un monde qui s’ouvre, parfois en grand, parfois à peine, quand on pousse « la porte à deux battants » et qu’alors « cette nuit qui nous abrite » devient claire « comme une claire nuit de solstice ». Dans ces poèmes d’amour, le corps est divin et les pensées deviennent aussi « divinement crues ».



La mémoire des branchies

Eva-Maria Berg
Éditions Érès
2015
10 €
ISBN : 978-2-7492480-0-4
www.editions-eres.com

« des maisons
ici
et là se tiennent
fenêtres ouvertes pourquoi
ne se demande
pas un seul
passant
est-ce que je ne saute
pas
dans la vie
des espèces »



Les oiseaux du petit fleuve


François Graveline
Éditions Érès
2015
10 €
ISBN : 978-2-7492479-8-4
www.editions-eres.com

« J’ai passé des jours au bord d’un petit fleuve, près de l’océan, à regarder, écouter, rêver les oiseaux. J’ai dû partir. Les oiseaux ne m’ont pas quitté. Des poèmes sont venus. Les voici. »


Je suis ce que je vois

Notes sur la peinture et le dessin (1975-2015)
Alexandre Hollan
Éditions Érès
2015
25 €
ISBN : 978-2-7492480-2-8
www.editions-eres.com

« Appel de la profondeur, car le monde quotidien est sans lumière, même quand le soleil inonde mon atelier.
Oui, je crois que les ténèbres c’est « moi », ma peur, ma vanité, ma ruse, mes amours, mon art… et je dois « faire avec », je dois les traverser pour atteindre la lumière, peut-être. C’est si important de ne pas me confondre avec moi-même.


Le monde autre qu’humain, le monde de la nature est habité par l’inconnu. Certains arbres sont des portes.


L’arbre existe sans moi. Devant l’arbre ma chance est d’entrer directement en contact avec l’inconnu, avec le « pas moi ». Cela donne un sentiment de liberté. »


Silenciaire


Précédé de Rumeurs et de Ultime rendez-vous
Bernard Picavet
2014
104 pages
15 €
ISBN : 978-2-87744-910-6

« Bernard Picavet, à la fois pianiste classique et poète, est né en 1943 à Croix, près Roubaix.
Après des études musicales supérieures au CNSM de Paris, il fonde avec sa femme Geneviève un duo de piano qui donne depuis 1966 des centaines de concerts, se produit à la radio, à la télévision et au disque.
Parallèlement, il écrit en poésie depuis l’adolescence. Ayant reçu les conseils et encouragements de Pierre Seghers, Jean Cayrol, Pierre Emmanuel et Marc Alyn pour ses premiers textes, il participe à des revues spécialisées en France et en Belgique, figure dans des anthologies et publie une dizaine de recueils ou suites de poèmes. Il a pratiqué pendant une quinzaine d’années une formule de récitation en public de ses textes, accompagnée au piano. Certains de ses poèmes ont été dits à la radio (France-Culture, RTBF, radios libres), ou traduits en allemand et néerlandais.


Du soleil dans les flaques

Nicole Laurent-Catrice
Éditions Donner à Voir
2015
32 pages
6 €
ISBN : 978-2-909640-89-1
91 rue de Tripoli 72000 Le Mans
www.donner-a-voir.com

« On le sait bien que le temps passe. Et l’amour.
Mais l’un comme l’autre laissent des traces, et nous en vivons. Au plus près du monde où nous sommes, des plages où nous marchons, du ciel qui nous regarde et aussi nous anime, de l’enfance si singulière. L’enfance si proche en nous, dans les ricochets de nos histoires communes et qui nous apporte, si nous savons regarder, ce précieux viatique du soleil dans les flaques… »
Alain Boudet

Des salades


Thomas Vinau
Éditions Donner à Voir
2015
52 pages
7 €
ISBN : 978-2-909640-88-4
91 rue de Tripoli 72000 Le Mans
www.donner-a-voir.com

« Des salades…
Un  titre qui nous conduit au jardin. Mais aussi un titre décalé qui nous pousse du coude, nous en raconte, des vertes, des pas mûres, des vraies et des presque « pour rire ». Thomas Vinau est un curieux jardinier, et un jardinier curieux. Son jardin tient autant de l’aire d’accueil, de jeu et de repos que du potager. Insectes et autres bestioles y disposent du droit d’asile. Et le jardinier en semble, finalement, très heureux. À dire vrai, nous aussi… »
Alain Boudet


9.3 blondes light

Jean-Luc Despax
Le Temps des Cerises
Juin 2015
150 pages
12 €
ISBN : 978-2-37071-050-5
77 bd Chanzy 93100 Montreuil
www.letempsdescerises.net

« Les poèmes de Jean-Luc Despax s’évadent d’une bouche écrite de la poésie. Ses lettres sont les dents cariées d’une chanson. Engagé comme une liberté qui retournerait la langue qui la prononce, le poète ici manie l’ironie jusqu’à se perdre dans la vie. Le politique le talonne et fonde parfois en lui le pied oral de son poème. Chaque texte est une cigarette fulgurante, allumée ou éteinte. Le cendrier de la poésie n’est pas loin. Il remonte le monde et distribue ses bûchers de rire sous les inquisitions qui pointent. Journaliste, Jean-Luc Despax transporte sa poésie dans les histoires du jour, comme un chansonnier. On sent pointé quelquefois le rire aux éclats d’un voyou et d’un dandy. La fumée de ses poèmes est ainsi une figuration de la parole et la cigarette celle du crayon aiguisé. En caricaturant, nous dirions « Pauvre la cigarette sans sa fumée et pauvre la fumée sans la cigarette ». Cette dialectique est celle de l’allumette et du frottoir qui, volute de fumée, et des rimes qui riment et dériment, parce que c’est la bouche qui rit. La langue dans l’encrier comme un chat qui fait des taches sur la page blanche où la poésie s’endort. Des rimes en fin de vers comme pour pêcher une chanson qui ne se chante pas mais qu’on entend dans un cabaret. »
Serge Pey


Némésis

Jean-Luc Aribaud
Zorba
2015
60 pages
10 €
ISBN : 978-2-918286-22-6

« Ce carnage est ton règne infini :
dans le rythme noir
des museaux fracassés
des coupures aux gorges poisseuses
tu perçois une possible pente
un aiguisement redoutable.
Qui te feront roi au-dessus de la cime.
Seul sur un trône de ténèbres. »


La seule raison poème

Yves Boudier
Le Temps des Cerises
2015
10 €
ISBN : 9782370710222
77 boulevard Chanzy 93100 Montreuil

« L’ambition de ce poème est de célébrer la poésie, sa force de création et son pouvoir de résilience pour le poète et son lecteur. La seule raison poème renoue avec la tradition de l’Art poétique. C’est un livre qui exalte l’écriture et la fonction du poème contemporain, qui tente de donner au lecteur quelques clefs pour poursuivre sa quête dans une poésie écrite à la fois pour l’oreille et pour l’œil. »


Dans le grenier


Sophie Poussineau Sanchez
Editions In Siglo
Février 2015
64 pages
14 €
ISBN : 9791092796070
www.insiglo.com

« Dans le grenier est le premier recueil de poèmes écrit par Sophie Poussineau Sanchez. Ses textes oniriques en prose ainsi que ses courts poèmes incisifs résonnent comme un « cri »  ou une « porte qui claque » face à des thèmes universels ou sociétaux (le licenciement, la ville, le bruit, la prison, les désirs…). Sensible aux arts, la poétesse est inspirée par la photographie qui lui offre des histoires.
Parmi les artistes qui ont nourri son inspiration figure le photographe Christophe Audebert : « Comme une peinture, comme une sculpture, comme une photo, comme une musique, les poèmes Dans le grenier nous proposent des histoires, des histoires de notre quotidien, simples et complexes à la
fois. »
Sophie Poussineau Sanchez fouille également « dans le grenier » de ses émotions pour offrir des textes intimistes. « La poésie est le chemin qui m’a reconduite au grenier. Nous avons tous un grenier à explorer. » Les dessins aux traits noirs de Nathalie Sanchez épousent parfaitement l’univers sensible de l’auteure. »


Le cri des grues

Jérémy Montheau
Association francophone de Haïku
2015
60 pages
8 €
ISBN : 979-10-93318-03-5
361 chemin de la Verdière 83670 Barjols
www.association-francophone-de-haïku.com

« Le Cri des grues fut proposé à L’iroli il y a quelques années, j’aiguillai son auteur vers l’AFH, peut-être un vite ? Bon signe : sa redécouverte, en ce printemps 2015, est un bonheur.
Chaque haïku du Cri des grues semble avoir été écrit un jour de solitude joyeuse. Le monde, la neige légère se mêlent au chant d’un ouvrier sur son échafaudage, le ciel est haut lieu de rencontres. Parmi les grues et les oiseaux se glissent un « elle », un « je »… Délicates césures, simplicité, amour profond de la Nature, patience, tout me plaît dans les haïkus du jeune auteur Jérémy Montheau qui est aussi metteur en scène à L’atelier du vent ! » Isabel Asunsolo


S’il existe des fleurs

Cécile Guivarch
l’Arbre à paroles
2015
108 pages
12 €
ISBN : 978-2-87406-604-7
www.maisondelapoesie.com

« les animaux courent devant
pour ne pas être tués
aussi des hommes
courent autant
ils restent chauds
après leur dernier souffle »


Coutures

Doina Ioanid
l’Arbre à paroles
2015
122 pages
12 €
ISBN : 978-2-87406-607-8
www.maisondelapoesie.com

« J’ai travaillé environ trois années au recueil qui est devenu Coutures. En fait, je l’ai commencé tout de suite après avoir terminé Rythmes pour apprivoiser la hérissonne. J’écrivais sur des bouts de papier des courtes notes journalières, des souvenirs, des transfigurations de toutes sortes d’expériences. Je les mettais ensuite dans un bol en ébène offert par un ami. Un été plein de pavots et de zinnias, je me suis mis à les transcrire. Au fur et à mesure que je les transcrivais, des poèmes et des petites narrations ont éclos, appelant d’autres poèmes. En trois jours, du bol aux bouts de papiers, les Coutures étaient nées. C’était en 2011, mais je ne les ai pas publiées immédiatement, je les ai laissées mûrir, afin que chaque poème trouve la justesse et la douceur d’un regard rétrospectif. L’écriture des Coutures a également été une écriture et une couture à l’intérieur de moi. Un exercice de mémoire, patience, compréhension, nostalgie – mélangé avec le désir vivant et humain du naturel, mais aussi avec une vision qui transcende l’ordinaire. Mes Coutures sont aussi des poèmes de ces petites-grandes illuminations de la survie. »


Notre mère la montagne

Olivier Dombret
l’Arbre à paroles
2015
82 pages
10 €
ISBN : 978-2-87406-608-5
www.maisondelapoesie.com

« Long poème en prose, hypnotique, lancinant, Notre mère la montagne est une fable moderne qui traite du désir de fuir un monde devenue « mécanique » et froid. Echapper à tout ce qui nous oppresse, en cherchant dans la quête d’un ailleurs une forme de salut. Fuir la ville. Se diluer dans la nature, s’y laisser absorber. Mais attention, nulle nature bienveillante ou généreuse chez Olivier Dombret. Au contraire. Sa montagne, comme chez Daumal, exige l’oubli, l’abandon et la perte de soi. En somme, on y entre comme dans un rêve. Mais ce rêve ne s’arrête jamais, et le chemin ne fait que commencer… »


Écoper la lumière

Emeric de Monteynard
l’Arbre à paroles
2015
118 pages
13 €
ISBN : 978-2-87406-602-3
www.maisondelapoesie.com

« Que seraient
La houle et la marée,

Sans rêve,
Ni falaise à creuser,


Sans cet horizon
Qui les dresse

Au-delà,


Au-delà
Des forces qu’il faut

Pour écoper la lumière
Des corps

Qui sombrent
Et se dispersent ? »


Mille gouttes rebondissant sur une vitre

Otto Ganz
l’Arbre à paroles
2015
60 pages
8 €
ISBN : 978-2-87406-606-1
www.maisondelapoesie.com

« Pour cette ivresse
qui convient au désespoir
un homme que j’ai aimé
s’est laissé sombrer
au centre

Vivat vivat
semper vivat »


En avril 2015, nous avons reçu ...

La perte du temps

Werner Lambersy
Le Castor Astral éditeur
Mars 2015
88 pages
12 €
ISBN : 979-10-278-0016-2
52 rue des Grilles 93500 Pantin
www.castorastral.com

« Long compagnon de route des éditions Le Castor Astral (présent dans de nombreuses anthologies), Werner Lambersy publie pourtant avec La Perte du temps son premier recueil chez l’éditeur. Son écriture poétique singulière, variée dans le ton et la forme, réussit ici l’amalgame difficile entre deux types de sensibilité : occidentale et orientale. Les références aux anciens cultes grecs et aux philosophies de l’Inde ou du Japon participent de l’extrême dépouillement du poète dans sa recherche des distances, des blancs, des fragments du discours ou de la pensée. Ici, le dire poétique s’inscrit naturellement dans l’humilité du quotidien et l’évidence du vécu. Il est l’outil millénaire de l’homme pour se rendre plus proche de lui-même, de l’autre et du monde. À Werner Lambersy d’affirmer : « On n’aura pratiqué dans ce recueil que les contraintes d’écouter et de rendre, sur un maigre instrument, la partie du souffle qui, comme le vent dans les arbres, tutoie les feuilles avant d’en emporter plus loin le frisson. » »


La charrette des jours

Dan Bouchery
Éditions Henry
Février 2015
94 pages
10 €
ISBN : 978-2-36469-096-7
Parc d’activités de Campigneulles 62170 Montreuil-sur-Mer
www.editionshenry.com

« Comment, dès que nous commençons à lire La charrette des jours, ne pas être surpris par ces longues séquences de vers de quelques syllabes qui ne semblent pas vouloir prendre de repos ? Le rythme ne procède que par saccades, « par lambeaux », mais lorsque nous croyons qu’il se brise, il repart, le souffle est court, haletant, il est d’autant plus tenace. Ce que lui demande Dan Bouchery correspond à un besoin vital, d’apprendre à respirer enfin, de se redresser, et donc de se délivrer. »
Pierre Dhainaut


BelgiUm BorDeLio

30 auteurs belges
Éditions l’Arbre à paroles & Poëziecentrum
Mars 2015
454 pages
24,50 €
ISBN : 978-9-05655-156-8
ISBN : 978-2-87406-597-2
www.maisondelapoesie.com
www.poeziecentrum.be

« 30 auteurs, 15 néerlandophones et 15 francophones des vastes territoires désolés de la Belgique post-prussienne, sont réunis dans ce livre de 450 pages, entièrement bilingue ! et coédité par les deux principales Maisons de la poésie de ce pays : le Poëziecentrum et le Maison de la poésie d’Amay.
Bordelio. Structure.
Désordre de l’ordre. Car les directeurs d’ouvrage (Jan H. Mysjkin et Antoine Wauters) ont d’abord organisé un tirage au sort pour mélanger tous ces joyeux poètes, dont certains sont des auteurs connus et d’autres, plus jeunes, en pleine ascension. Ordre dans le désordre. Car ensuite l’alternance (auteur flamand, auteur francophone, etc…) a tout de même été privilégiée, pour éviter que ne se suivent 4 auteurs liégeois par exemple, mais surtout pour ne pas « sectionner », et donc « séparer » en créant artificiellement une zone « flamande » et une zone « francophone »… »


face à

Pascal Pesez
Éditions Cynorrhodon
Avril 2015
15 €
ISBN : 979-10-92163-11-7
33 rue de Turin 75008 Paris
www.cynorrhodon.org

« Pascal Pesez vit et travaille dans la région de Valenciennes. Il est, depuis ses débuts artistiques, poète, peintre et acteur de ses propres performances.
   Le présent volume, construit autour d’un long poème, se fait l’écho des interrogations de l’artiste face à la vacuité du rectangle blanc de la toile ou de la feuille de papier, mais aussi face aux incertitudes et déséquilibres profonds qui menacent l’époque contemporaine. Par où commencer ? Telle est la question lancinante à laquelle il tente d’apporter des réponses qui constituent autant de points de départ d’une démarche structurée en rhizomes.
   Cet ouvrage reprend le texte complet du poème précédé de trente-neuf dessins dans lesquels des fragments du substrat écrit émergent comme autant de propositions ouvertes en écho aux lignes graphiques présentes sur le papier.
   Un compact disc, du même titre que le livre, complète l’ensemble et ouvre un nouvel espace de perception. Cet enregistrement est le fruit d’une collaboration active avec le compositeur et musicien Esteban Fernandez. »


Allée

Astrid Cabral
Les Arêtes éditions
2014
108 pages
17 €
ISBN : 978-2-915886-31-3
5 bis rue de Suffren 17000 La Rochelle
http://areteseditions.blogspot.fr/

« Monsieur Satiro était le coiffeur attitré des manguiers. Avec leur perpétuelle recherche des hauteurs et des cieux, ceux-ci croissaient touffus. Ils voulaient porter les nuages bas en écharpe, et goûter chaque jour aux pluies. S’embrassant avec effusion, les branches servaient, comme à l’église, de poutres pour la voûte solennelle. Au-delà, le ciel se retaillait en tranches bleues et la pluie descendait paresseuse et lente.
    Mais la maison s’assombrissait. Des branches fouineuses s’introduisaient par les brèches des fenêtres ou brossaient avec insistance les rebords. La menace de serpents et de chenilles s’installait. Que Monsieur Satiro vienne dès le premier jour de soleil faire de la clarté dans le bastion des ombres. Sur les étagères humides les livres se couvraient de taches. Dans les tiroirs les draps moisissaient. Tous demandaient le soleil. Monsieur Satiro était un homme tranquille, respecté pour sa bonté. Mais certains jours, il se troublait. En bras de chemise, les muscles gonflés et fibreux tels des morceaux de bois de chauffage, il brandissait sa furieuse machette. »


Écrire à Yaoundé

Sabine Péglion
Rougier V. éd.
Avril 2015
48 pages
13 €
ISBN : 979-10-93019-10-9
www.rougier-atelier.com

« En décembre 2012 s’est tenu à Yaoundé le premier Festival de poésie des sept collines de Yaoundé… Répondre à l’invitation de Jean-Claude Awono, poète net président de la Ronde des poètes, de Nora Atalla, vice-présidente et déléguée de l’union des écrivaines et des écrivains québécois, du grand poète camerounais Fernando d’Almeida qui vient de nous quitter, m’a permis d’aborder un continent, de découvrir un pays, sa culture, son peuple, ses paysages mais plus encore d’unir deux passions : celle de la découverte de l’autre et celle de la poésie. »


À la pleine lune

Fadwa Souleimane
Éditions Le Soupirail
2014
80 pages
12 €
ISBN : 979-10-93569-12-3
www.editionslesoupirail.com

« De la douleur, de la violence, de l’absurdité, À la pleine lune nous mène aux territoires de nos mémoires. Dans un chant de colère, la colère de la terre meurtrie, la colère du sens assassiné, et d’attente, l’attente tachée par la barbarie des hommes. Et le doux chant de « pluie sur pluie, argile sur argile » de remonter le fleuve de l’Origine et transcender espace, temps, dans l’urgence d’arracher du sens. Le poème, retranscrit dans sa musicalité et dans le flux et le reflux des mots, impose la beauté de la langue, libre, en réponse au chaos. »


Grenade ou Nar

Haydar Ergülen
L’Harmattan
2015
96 pages
12 €
ISBN : 978-2-343-05420-9
5-7 rue de l’Ecole Polytechnique 75005 Paris
www.harmattan.fr

« Haydar Ergülen est un poète majeur qui part de ses racines pour frôler l’humain en ce qu’il a de plus dépouillé, de plus fragile et d’universel. S’il a pu représenter très tôt le courant novateur de la poésie turque contemporaine, il n’en a pas pour autant perdu le sens de sa culture, de son peuple. L’engagement du poète est ici intégral, sa recherche poétique participe du souffle de la tradition et des tempêtes frondeuses. Il y a dans sa poésie un rare mélange de fluidité et d’arrêt sur image où la subtilité devient l’angle d’attaque et le miroir. De temps à autre, il laisse percer l’accent de la révolte qui en devient plus percutant par son effet de surprise. Poète solidaire qui sait détourner la violence par la vision. »
Michel Cassir


Comme un cri d’os, Jacques Simonomis

Christophe Dauphin
Les Hommes sans Épaules éditions
Avril 2015
238 pages
17 €
ISBN : 978-2-912093-42-4
www.leshommessansepaules.com

« L’aventure de la revue Le Cris d’os s’est achevée en mai 2003, avec la parution d’un ultime numéro double, après avoir publié en dix ans, plus de neuf cents notes de lecture, trois cents auteurs différents, quatre-vingts illustrateurs et réalisé de nombreux numéros spéciaux (Max Jacob, L’école la poésie, François Jacqmin, L’Homme et l’œuvre, Jean Cassou, Le surréalisme américain, Norbert Lelubre, Théodore Koening, Luc Decaunes, L’Érotisme…). Moins de deux ans plus tard, le 15 février 2005, le fondateur et directeur du Cris d’os, Jacques Simonomis, disparaissait à l’âge de soixante-quatre ans. Le Cris d’os renaît de ses cendres, en 2015, l’espace d’un « ultime dernier » numéro. Comme un cri d’os, Jacques Simonomis est un essai, suivi d’un choix de textes, qui a paru initialement en 2001, sous le titre de Jacques Simonomis, l’imaginaire comme une plaie à vif, et qui reparaît en 2015, dans une édition revue et augmentée à l’occasion du dixième anniversaire de la disparition de Jacques Simonomis. Dans la lignée d’un Tristan Corbière, d’un Alfred Jarry ou d’un Paul Vincensini, Jacques Simonomis, irrité par la bêtise bien-pensante de ses contemporains, a toujours pris fait et cause pour ce qui sort de la norme. Aucune trace du « politiquement correct » chez lui ; mais plutôt de l’humour d’attaque, de la dérision. Son œuvre est taillée d’un seul tenant dans les méandres mystérieux de la vie, avec son ton, son style, ses différents registres (qui savent aussi parfaitement s’imbriquer les uns dans les autres), ses images, son vocabulaire ; le tout inséparable de la vie collective ; de la vie en société. Cette vie qui, tour à tour, mènera le poète du désarroi à la révolte ; de la douleur à l’amour ; de la dérision à l’imaginaire ; de l’humour au merveilleux burlesque et déchiré. »


Le carnet retrouvé de monsieur Max

Bruno Doucey
Éditions Bruno Doucey
Mai 2015
184 pages
15,50 €
ISBN : 978-2-36229-083-1
Cour d’Alsace-Lorraine, 67 rue de Reuilly 75012 Paris
www.editions-brunodoucey.com

« Nul besoin de connaître déjà le poète pour plonger dans ce roman. Son chuchotis intime happe le lecteur dès les premières pages. « Je suis mourant. N’ai donc pas dit mon dernier mot », peut-on lire dans ce faux journal aux accents saisissants. De remarques grinçantes en prémonitions, de désespoir en colères, entre les rêves du petit jour et les angoisses du soir, Bruno Doucey sait nous faire entrer au cœur de l’intimité d’un homme rattrapé par l’Histoire. Son imagination court comme un cheval fou sur les pages blanches de cette histoire. Pour combler un vide, à défaut d’une absence. Voilà pourquoi ce journal, qui met à nu un poète face à l’intolérable, nous rejoint dans l’universel et bouleversera chaque lecteur. Bruno Doucey, qui redonne vie pour la 4ème fois à un poète assassiné, nous offre en conteur une émouvante galerie de personnages : Mme Persillard, l’inénarrable logeuse ; Myrté Léa, la sœur aux griffes des bourreaux ; Simon, l’adolescent que Max va « adopter » et charger de transmettre… Et si la réalité brutale du camp de La Muette prend à la gorge, vous n’êtes pas prêts d’oublier le moment où monsieur Max fait chanter en chœur La Vie parisienne aux prisonniers entassés avec lui dans sa cellule, avant d’aller rejoindre Drancy, qu’il a rebaptisé « le château de la Baronne ». L’opérette triomphe sur la barbarie, l’amour sur la mort, et la victoire revient à la fraternité humaine et poétique. »


Caché dans la maison des fous

Didier Daeninckx
Éditions Bruno Doucey
Mai 2015
128 pages
14,50 €
ISBN : 978-2-36229-084-8
Cour d’Alsace-Lorraine, 67 rue de Reuilly 75012 Paris
www.editions-brunodoucey.com

« Paul Éluard sortira très marqué par son séjour au cœur d’un hôpital psychiatrique où il écrira son recueil Souvenirs de la maison des fous publié en 1946. Un long poème dans lequel il dresse le portrait de sept malades dont il a partagé le quotidien et dont il est devenu le confident bienveillant. Mais de lui, de ce qu’il vit, poète clandestin, caché parmi les fous pour survivre, nous ne savons rien, ou si peu. Quels frottements entre création poétique, lutte anti-nazie et maladie psychiatrique ? C’est sur ces points de jonction, ces failles et ces frontières floues que Didier Daeninckx brode son intrigue. Il nous fait entrer à l’intérieur de l’asile aux côtés d’une jeune résistante, encore anonyme, Denise Glaser. Après-guerre, cette jeune femme ne sera plus inconnue, puisqu’elle créera et animera l’émission mythique de l’ORTF, Discorama. Mais pour l’heure elle n’a pas encore été mise à pied pour avoir diffusé Jean Ferra chantant Nuit et Brouillard, elle sauve des enfants traqués, et se cache elle aussi à Saint-Alban. Le génie inimitable de Didier Daeninckx est de partir d’une anecdote réelle, une information qu’il déniche en orpailleur de la mémoire, et autour de laquelle il tisse sa trame romanesque. Ce lieu, à l’âpreté sauvage et puissante, revit sous sa plume, comme si vous y étiez. Daeninckx nous embarque aux sources de l’art brut et de l’anti-psychiatrie. Quand les fous deviennent les garants de la bonne santé du monde. »


L’espoir pour seule protection

Olivia Elias
alfAbarre éditions
2015
104 pages
11 €
ISBN : 978-2-35759-054-0
24 rue Le Brun 75013 Paris
www.alfabarre.com

« Si vous ne connaissez de cette terre aucune femme, aucun homme, aucun enfant qui y serait né sinon d’images en images médiatiques.
Si vous ne goûtez, ne sentez, ne voyez aucun olivier, aucune figue, qui en aurait jailli.
Si vous ignorez tout de ce qui fleurit d’amour sur cette terre brisée des sans terre, les chants d’Olivia Elias renoueront avec vous selon cette mémoire du futur qui appartient aux humbles courageux du Refus. »
Philippe Tancelin


L’ogre dans la montagne (volume I)

Klaus Rifbjerg
Édition Le Jardin du citronnier
2015
118 pages
23 €
ISBN : 87-91024-44-7

«  Citron

Sous le soleil le plus limpide
à l’intérieur du citron les ténèbres
parfaites.

Coupé en deux moitiés
sur la table de la cuisine il luit
comme du verre.

Presse sa citronitude
bois
et dans. »


L’arbre flottant (volume II)

Klaus Rifbjerg
Édition Le Jardin du citronnier
2015
112 pages
23 €
ISBN : 87-91024-45-5

« Neige fraiche

Tu rentres chez toi après la soirée
comme d’habitude
je t’accompagne un bout de chemin.

Quand le bus est parti
l’empreinte de tes chaussures reste
dans la neige fraiche sur la place.

Je pose mes lèvres
sur leur contour
et il commence à pleuvoir. »

En mars 2015, nous avons reçu…

Bogolan

Julien Delmaire
Le Temps des Cerises
Mars 2015
60 pages
10 €
EAN : 978-2-37071-035-2
77 boulevard Chanzy 93100 Montreuil
www.letempsdescerises.net


« Bogolan : n. m. du bambara bogo, la terre et lan, issu de.
Le bogolan est un tissu traditionnel teint suivant une technique ancestrale utilisée en Afrique de l’Ouest. Le bogolan est le réceptacle d’une énergie vitale, il est notamment utilisé pour protéger les jeunes circoncis.
Un homme revient dans le quartier de sa jeunesse. Il a traversé des océans de mépris, il s’est fourvoyé aux mirages de l’Europe. Il reconnaît les rues de son enfance, les parfums, les couleurs immuables. Quelque chose a changé en lui, une plaie s’est infectée, il colporte trop d’amertume et de rêves déchus, l’alcool n’arrange rien, et le voilà perdu au milieu des vestiges de son passé. Les voisins le fuient comme une lèpre et l’homme dérive, étranger dans sa propre ville. Seule demeure, fidèle comme une ombre, la tendre figure de sa mère, qui le réchauffe dans la solitude des nuits sans fond.
En quarante poèmes, se dessine un quartier, Thiaroye, faubourg populaire de Dakar au Sénégal. Quarante fragments comme des tableaux psychédéliques, quarante chorus pour reconstituer la mémoire d’un homme blessé, d’une ville pauvre qui hurle sa fierté dans une partition de jazz solaire.
Bologan est un texte à la fois hermétique et familier, un chant d’une suffocante modernité. »


Un fanal pour le vivant

Christophe Dauphin
Les Hommes sans Épaules éditions
Février 2015
112 pages
12 €
ISBN : 978-2-912093-43-1
www.leshommessansepaules.com


« De Rabelais à Yves Martin, en passant par les Vaux de Vire d’Olivier Basselin et de Jean Le Houx ou les exhortations de Charles Baudelaire, le vin et l’alcool ont toujours constitué un précieux fanal pour le vivant. Christophe Dauphin en témoigne à son tour, à la suite de ses aînés, mais sans gaillardise ni penchant pour la chansonnette. Tout en célébrant la richesse des terroirs consacrés, ses poèmes nous font voyager à travers l’Europe et le monde. Ici, le vin parle d’abondance, et la dive bouteille coule à flot pour exalter la joie, l’humour, la révolte, la nostalgie et la mélancolie aussi, pour partager dans l’amitié la splendeur des émotions et ce secret ultime : quelles que soient les circonstances, il faut savoir raisin garder ! »
César Birène


La Vie l’Amour la Mort le Vide et le Vent

Roger Gilbert-Lecomte
Gallimard
Février 2015
208 pages
7,10 €
ISBN : 978-2-07-046380-0
www.gallimard.fr


« Une anthologie exceptionnelle d’un poète du Grand Jeu, un poète foudroyant et foudroyé de l’insurrection de l’être.
Roger Gilbert-Lecomte (1907-1943) : poète foudroyant, poète foudroyé de l’insurrection de l’être. À seize ans, il écrit Tétanos mystique. À trente-six, il meurt d’une crise de tétanos dans un hôpital parisien. Celui qui s'était promis, « écrivant peu, de n’écrire que l’essentiel », celui qui joua le Grand Jeu jusqu’au bout, semble avoir fait sa vie durant le choix du noir absolu.
Obsédé par le « retour rythmique au pays d’avant-naître », Gilbert-Lecomte porta peut-être au plus haut l’instinct de destruction, comme condition même de toute création. Tête magnétique du Simplisme, qu’il crée au lycée de Reims en 1924 avec ses trois « phrères » (Daumal, Vaillant et Meyrat), cofondateur en 1928 de la revue du Grand Jeu, il ne publiera, de son vivant, que deux recueils de poèmes : La vie l’amour la mort le vide et le vent (1933) et Le miroir noir (1937). Lors de la parution du premier, Antonin Artaud saluera « ce ton organique, cette atmosphère déchirée d’organes, cet air fœtal, humide, ardent, qui prend sa source à la source de toute vie. »
La dissolution du Grand jeu en 1932 accélère encore une trajectoire vouée à la chute libre, à l’exploration de la « Mort-dans-la-Vie », c’est-à-dire la mort comme moteur même de la vie. D’éblouissement en épuisement, de secousse en trouée, d’opium en héroïne, celui qui voulut en son adolescence « changer l’état d’homme à la surface du monde » se voit alors « tombé en bas du monde ». Aux confins du sens et du non-sens, de l’urgence folle et de la lancinante blessure d’être, son destin de météorite calcinée marque jusqu’à l’excès sa volonté « d’être éternel par refus de vouloir durer. » »


Le sang des hommes

Luc Bérimont
Éditions Bruno Doucey
Mars 2015
160 pages
15,50 €
ISBN : 978-2-36229-080-0
Cour d’Alsace-Lorraine 67 rue de Reuilly 75012 Paris
www.editions-brunoudoucey.com


« Luc Bérimont aurait aujourd’hui cent ans, mais sa poésie est jeune, vivante, frémissante de passions. Une poésie que je suis heureux de faire découvrir aux uns, redécouvrir aux autres. Ce livre – conçu par Marie-Hélène Fraïssé, la dernière compagne du poète – débute avec Domaine de la nuit et La Huche à pain, textes marqués par la présence d’un monde en voie d’effacement et par les désastres de la guerre. Avec Les Accrus, s’ouvre le cycle de la maturité, verbe et sève mêlés, dans une vigueur qui réconcilie avec le monde. Viennent enfin les textes qui préparent à l’adieu : « J’ai mal de te quitter, mal à hurler, mal à ma vie », écrivait Bérimont dans Reprise du récit, publié l’année même de sa mort. Un voyage dans la « langue simple, intense, fraternelle » de celui qui fut un éveilleur d’émotions partagées. Un chant à hauteur d’homme, indispensable à notre temps. »
Bruno Doucey


Autour d’un corps vivant

Pierre Schroven
Éditions l’Arbre à paroles
Novembre 2014
98 pages
12 €
ISBN : 978-2-87406-590-3
www.maisondelapoesie.com


« Le peintre Guillaume Cornelius van Beverloo, hollandais né à Liège, l’un des six fondateurs du mouvement Cobra, avait pris pour nom d’artiste celui d’un oiseau noir : la corneille. Pour autant, et comme par ironie, sa peinture, d’une luminosité absolue, pénètre l’œil et irrigue tout le corps. Et c’est justement cela, cette clarté, cette joie bue par le corps en ses espaces intimes, que célèbre magnifiquement Pierre Schroven dans ce livre où chaque poème – « tournant dans la beauté de l’énigme que contient chaque jour » - est une célébration de la vie ample. De la vie large. Et de ce corps artiste toujours en pleine métamorphose. »


La Trilogue Lunus

Serge Delaive
Éditions l’Arbre à paroles
Février 2015
296 pages
18 €
ISBN : 978-2-87406-594-1
www.maisondelapoesie.com


« Plus qu’une simple réédition, La Trilogie Lunus est le regroupement de trois recueils majeurs du poète et romancier Serge Delaive : Légendaire (1995), Monde jumeau (1996) et Le livre Canoë (2001). Ces trois livres, Serge Delaive les avait imaginés dès le départ comme une trilogie, au cœur de laquelle on retrouverait Lunus, son double fantasmé, son ami impossible, voyageur ultra-sensible dont le regard photographie le monde en ses nombreuses facettes. Cette « réédition », qui paraît à l’occasion des cinquante ans de l’auteur, est donc l’occasion de donner vie à ce projet tel qu’il avait été rêvé, en y apportant une relecture et quelques nouveaux textes, afin que ce soit, pour tous, une réelle renaissance. »


8 ans

Julie Remacle
Éditions l’Arbre à paroles
Février 2015
128 pages
12 €
ISBN : 978-2-87406-595-8
www.maisondelapoesie.com


« En une succession de courts textes fulgurants, 8 ans raconte la vie d’une petite fille belge née dans les années 80. A mille lieues des préjugés mièvres qu’on projette sur l’imaginaire enfantin, l’héroïne de Julie Remacle est, du haut de ses huit ans, douée, sensible, lucide et drôle. En revenant sur les événements marquants de ses premières années – depuis un discours qu’on lui impose d’écrire en l’honneur de la fête de la Communauté française au choc de l’affaire Dutroux -, elle nous montre, en une langue 100% poétique, sa façon de voir les choses et de se positionner dans l’existence. Comme si les premiers choix, les premiers refus, les premiers engagements, en même temps qu’un certain rapport à l’autorité et à l’institution, avaient tous leur source là-bas, au cœur même de l’enfance. »


S’éclipser

Aliette Griz
Éditions l’Arbre à paroles
Février 2015
152 pages
12 €
ISBN : 978-2-87406-593-4
www.maisondelapoesie.com


« En une succession de tableaux apparemment légers sur les rapports homme-femme, une jeune mannequin revient sur la relation qu’elle a eue avec un politicien pendant près d’une année. Une passion. Un coup de cœur. Jusqu’à ce qu’elle décide de s’en aller, aliénée par cette vie dans les plis et le caractère autocentré d’un compagnon qui ne la considère pas (je voyais bien que tu faisais un immense effort pour mettre ton intelligence à ma portée), et qu’elle se mette à démonter, bloc après bloc, ce truc un peu intime et vaguement fantasmé qui s’appelle le couple. Un premier roman brillant, qui marque l’avènement d’un style et qui, sous son petit air superficiel, nous remue en réalité à l’endroit où il importe de l’être : en notre humanité. »


Fragments de la maison

Habiba Djahnine
Éditions Bruno Doucey
Mars 2015
64 pages
12 €
ISBN : 978-2-36229-081-7
Cour d’Alsace-Lorraine 67 rue de Reuilly 75012 Paris
www.editions-brunoudoucey.com


« Après un premier recueil, publié en Algérie en 2003, mon amie Habiba Djahnine revient à la poésie en femme apaisée, combative et lucide. Dans ce livre écrit directement en français, ce n’est pas la guerre civile qui est évoquée, mais le temps d’après la guerre, le corps sorti des décombres de l’histoire, l’amour retrouvé, dans un monde voué à la reconstruction des autres et de soi. « J’éloignerai la guerre et l’identité / Je construirai les fragments de la maison », écrit-elle. Et d’ajouter, quand l’exil devient voyage : « Tu m’attends sur l’autre versant de mon crépuscule ». D’Alger la blanche aux sables du désert, Habiba Djahnine écrit de la poésie comme on construit une maison : avec ses nerfs, avec ses rêves, les mains plongées dans l’argile de la vie. Pour refuser « l’alphabet de la peur », le regard constamment rivé à la ligne d’horizon. »
Bruno Doucey


Avant la chair

Dominique Sampiero
Le passeur éditeur
Mars 2015
112 pages
15 €
ISBN : 978-2-36890-287-5
www.lepasseur-editeur.com


« Dans son enfance ouvrière au royaume des taiseux, le poète a appris à se taire, lèvres jointes pour ressembler au père et à la mère, ne rien trahir. Comme si le silence était une façon d’aimer, d’être là, être avec, rien d’autre. Puis des livres sont entrés dans la chambre et ont embarqué la solitude plus loin dans les voyages.
Un carnet de lecteurs succède aux poèmes. De professions et d’âges divers, des lecteurs prennent la parole pour évoquer leur promenade intime dans les pages de ce livre. »


L’Invitation au voyage

Charles Baudelaire
Illustrations de Zaü
Éditions bulles de savon
Octobre 2014
32 pages
12 €
ISBN : 979-10-90597-18-1
www.editions-bullesdesavon.com


« Charles Baudelaire, dandy solitaire et révolté, a écrit L’Invitation au voyage en 1857.
Zaü prend pour guides les peintres hollandais qui ont fait rêver le poète et poursuit son voyage. »


Étincelles

Daniel Lacotte
Illustrations de Lola Roig
Éditions Bulles de savon
Février 2015
36 pages
14,50 €
ISBN : 979-10-90597-23-5
www.editions-bullesdesavon.com


« Reprenant le flambeau de Marc Baron avec ses Petits poèmes en rang par trois et ses Je vous aime lancés à tous les vents, Daniel Lacotte nous charme et nous amuse avec ses poèmes pleins de fantaisie.
Ces textes jubilatoires puisent leurs racines dans l’imaginaire de Jacques Prévert ou de Philippe Soupault, qui furent ses proches amis.
Tenant sa promesse de faire des étincelles, Daniel Lacotte nous donne sa recette pour se faire cuire un bon poème et pour jongler avec les mots et les rêves en entraînant le lecteur dans des mondes étranges et joyeux.
Ce subtil mélange d’extravagances, Lola Roig vient le rythmer avec des images d’une infinie tendresse. »


Paris Poésies

Rolande Causse
Illustrations de Georges Lemoine
Actes sud junior
2003
64 pages
8 €
ISBN : 9-7427-4291-3
www.actes-sud-junior.fr


« Paris Poésies
Au fil de l’an,
Filent les enfants
Le long de l’eau,
Au gré des oiseaux.

Paris chansons
Sonate illustrée,
Paris imaginé,
Caches secrètes
Paris la fête. »


Le Port des poèmes

Rolande Causse
Illustrations de Yan Nascimbene
Actes sud junior
2001
76 pages
7,93 €
ISBN : 2-7427-3349-3
www.actes-sud-junior.fr

« Poche, pochoir.

Sac à poèmes.
Le pochoir poche à l’infini les mots
et, dans la poche ronde, longue,
pincée, plissée, surpiquée, se cache une poésie.
Avez-vous un poème dans chaque poche ?
Mille poches pour un poème ?
Des poèmes pleins les poches ? »


Mots perdus mots retrouvés

Rolande Causse
Illustrations d’Alain Millerand
Actes sud junior
2002
76 pages
8 €
ISBN : 2-7427-3737-5
www.actes-sud-junior.fr


« Mots feu,
Mots fleurs,
Mots joueurs,
Mots jongleurs.

Avec la langue pour amie,
les mots s’apprécient.
Avec la langue en sympathie,
les mots volent en poésie. »


Alparegho, Pareil-à-rien

Hélène Sanguinetti
Éditions de l’Amandier
Mars 2015
100 pages
18 €
ISBN : 978-2-35516-277-0
56 boulevard Davout 75020 Paris
www.editionsamandier.fr

« Voici un Être. Obsédé par la vie donc par la mort. Hétéroclite, rafistolé, face au destin de tous, suspendu ! Aussi un pauvre, avec la rage. Il croit, ne croit pas au retour du printemps, il ne croit pas, il croit que quelque part, un jour – il est l’Aventure du visage à son début. Comment dire ? côté poème, un des premiers Sans-Nom ; côté espoir, des hommes, la venue dans le lointain d’un vivant nouveau. »


Des films pour rien

Robert Sève
Claude Louis-Combet
L’Atelier du Grand Tétras
Avril 2014
124 pages
28 €
ISBN : 978-2-911648-68-7
Au-Dessus du Village 25210 Mont-de-Laval
www.latelierdugrandtetras.fr


« Dans les années 60 du siècle précédent, Robert Sève s’est engagé passionnément sur la voie du cinéma expérimental. Il a construit, sans références appuyées, d’instinct, en toute conscience, en toute lucidité, avec une audace et une intransigeance dépourvues de tout modèle suffisant, une œuvre qui n’a pas cessé de déranger et de bousculer les habitudes acquises par la familiarité de l’audiovisuel. Robert Sève est un authentique créateur de langage cinématographique dont la démarche procure cette surprise : le refus de tout pathos et de toute suggestion explicative, mais qui n’en génère pas moins une émotion esthétique grâce à laquelle les personnages du film n’en finissent pas de nous faire signe – comme si leur absence au monde, ou leur présence vouée à un monde sans enracinement, nous invitait à une radicale prose de conscience de l’existence pour rien.
Les textes, ici rassemblés, à l’orée ou dans le prolongement des films, apportent leur juste lumière autour d’une création singulièrement originale, puissante et inoubliable. »
Claude Louis-Combet


Vivre Chocolat

Theresa Bronn et Patrick Joquel
Éditions du Jasmin
2015
13,50 €
ISBN : 978-2-35284-106-7
www.editions-du-jasmin.com


« Des torrents de chocolat liquide
cascaderont les montagnes
Des voiliers écumeront
des mers noires
Les pélicans croqueront
des poissons sans arêtes
Je nagerai sans peur
de la tasse

Une histoire poétique… à croquer ! »


La femme dans le soleil

Breyten Breytenbach
Éditions Bruno Doucey
Avril 2015
112 pages
14,50 €
ISBN : 978-2-36229-082-4
www.editions-brunodoucey.com


« À vingt ans, je militais pour la libération de Breyten Breytenbach ; me voici aujourd’hui l’éditeur de ses poèmes, heureuse surprise de la vie. La vie, c’est d’ailleurs elle que chante La femme dans le soleil, itinéraire poétique d’un homme que l’histoire a changé en oiseau migrateur. Tout y est : sa survie sous le régime de l’apartheid, son goût des terres fauves, la vitalité charnelle de l’amour, l’état d’insurrection dans lequel le laisse l’injustice. Sans oublier ces lieux qu’il arpente avec une énergie créatrice : l’île de Gorée, où fait souvent escale sa voile blanche, Paris sa ville de cœur, l’Eastern Cap que le couchant transforme en « coulée d’or ». Si les frontières lui sont étrangères, c’est que l’exilé est aussi un « oiseau constructeur » qui sait tenir le cap de l’espérance. Par la force magique de son verbe et un sens inné de la résistance, le poète tend vers l’horizon un rêve immense de liberté. »
Bruno Doucey


Épître Langue Louve

Claude Ber
Éditions de l’Amandier
2015
112 pages
15 €
ISBN : 978-2-35516-274-9
56 boulevard Davout 75020 Paris
www.editionsamandier.fr


«    Ce nouveau livre de Claude Ber constitue une véritable somme, à la fois du point de vue du fond – une interrogation sur la condition humaine – comme de la forme – l’aboutissement d’un travail en tension entre le fragment et le continu, la brisure et le souffle, la rupture rythmique entre l’aller à la ligne du vers et la prose.
    Le titre d’Épître Langue Louve témoigne du choix d’une parole adressée, qui circule. Incarnée dans des corps vivants, amoureux, enracinés dans la vie, elle déploie ses variations au fil d’une méditation sur nous-mêmes et sur le monde. Entre notre présence à ce dernier et la mémoire collective du poème, dialoguent des voix, passées et présentes, lointaines et prochaines, en une polyphonie qui trouve son unité dans l’écriture, l’attention aux mots et aux rythmes et une interrogation continue sur la Langue.
    C’est là un texte grave, profond, mais traversé de la joie des êtres et des choses, se colletant au réel, à son tragique comme à son exultation vitale. À la densité du monde, questionnée mais sans réponse, répond la densité du poème, à son étrangeté répond celle d’une langue poétique puissante qui dit l’indicible.
    Un texte qui nous parle de nous au plus près et avec force. »


Baltique

Mérédith Le Dez
Éditions Le bruit des autres
2015
230 pages
15 €
ISBN : 978-2-35652-114-9
www.lebruitdesautres.com


« Les thèmes qui nourrissent le travail de Mérédith Le Dez sont le rapport intime – intellectuel et physique – à la langue ; la nostalgie, le désir et le manque comme terreau de l’écriture ; la construction de l’identité et l’impossibilité de véritablement trouver sa place dans un monde en crise(s). Baltique, roman fantôme, porte la marque de ces questionnements. Sur les traces d’un héros éponyme qui suscite les rumeurs, homme énigmatique dont le corps est retrouvé au bas d’un pont, dans une ville qui tourne le dos à la mer, ce roman de l’identité multiple est celui de l’enquête parallèle menée par la narratrice entre imaginaire et réalité, Histoire et histoires, illusions et désenchantement. »


Artaud et l’asile

Laurent Danchin et André Roumieux
Éditions Séguier
Janvier 2015
872 pages
32 €
ISBN : 978-2-8404-9692-2
3 rue Séguier 75006 Paris
www.editions-seguier.fr


« Enfin la réédition, entièrement revue et augmentée, de l’ouvrage qui a mis fin aux hypothèses et interprétations fantaisistes sur la maladie et l’internement d’Antonin Artaud. Avec un portrait haut en couleurs du Docteur Ferdière, les souvenirs des derniers témoins de Rodez et de quelques médecins de la haute époque de la psychiatrie, treize lettres inédites de Mme Artaud et seize textes ou lettres inédits d’Artaud lui-même. Une enquête historique d’une grande précision à partir du dossier médical de Rodez, longtemps resté inaccessible au grand public et aux spécialistes. »


La cavalière indemne

Gabrielle Althen
Dessins de Philippe Hélénon
Éditions Al Manar
2015
82 pages
16 €
ISBN : 979-10-90836-41-9
www.editmanar.com

« … Et voici, sans ses orgues, et entre ciel et pierre blanche, le couteau de la magnificence et je ne sais pas m’en servir, avec mes doigts tout rouges de tiédeur, au moment où la serpe miniature de nos désirs ne fauche que de trop petits emblèmes. »


Charlibre : le poème du jour d’après (« Ne nous laissons pas abattre »)

Anthologie poétique
Éditions Corps Puce
Mars 2015
198 pages
10 €
ISBN : 9-782-35281-089-2
27 rue d’Antibes 80090 Amiens
www.corps-puce.org


« Nous dédions ce recueil à Charlie-hebdo que l’on a voulu assassiner. Nous luttons et lutterons toujours contre l’obscurantisme, d’où qu’il vienne. 70 poètes réagissent en 12 jours : oui les poètes ne se laissent pas abattre. »


Hésitations de l’ombre

Véronique Joyaux
Illustrations de Marc Bergère
Soc & Foc
2015
12 €
ISBN : 978-2-912360-98-4
www.soc-et-foc.com

“Une parole à fleur de peau.
Une invitation à suivre les pas de la vie.
Une parole d’absence et de déchirure, mais aussi de tendresse et de chaleur.
Une invitation à chercher ce qui chante dans les plis.
Une parole qui survivra à l’ennui.
Une invitation à Partir revenir aller à la rencontre et au bout du chemin Mériter la parole.
Une invitation à se glisser dans les hésitations de l’ombre, pour Surtout ne pas briser ce qui éclot. »


Poèmes pour Robinson

Guy Allix
Illustrations d’Alberto Cuadros
Éditions Soc & Foc
2015
12 €
ISBN : 978-2-912360-95-3
www.soc-et-foc.com


« Un grand-père. Un petit fils. Ils vivent loin l’un de l’autre, ils ne se connaissent pas. Peu importe le Pourquoi ? Ce qui compte, ce sont les mots de tendresse et d’espérance du grand-père. Alberto Cuadros est le complice haut en couleurs de ces mots livrés à la page comme on livre une bouteille à la mer. »


Faire avec

Lionel-Édouard Martin
Illustrations de Nelly Buret
Éditions Soc & Foc
2015
12 €
ISBN : 978-2-912360-97-7
www.soc-et-foc.com


« Mesure. Ton pas sur la terre, ton rythme apprivoisant les souffles, l’arpentage de tes domaines avec la chaîne et le mètre de maçon, le crayon rouge de l’artisan traçant les marques, du bûcheron baguant les arbres, bras migrateurs vers les bois et les cuivres. Il en va d’une raison, d’une scansion de l’esprit parmi le vague et le flou, parmi le mou, le bruit, parmi l’informe. Trace la route, ouvre la voix, passé, présent pour avenir et cible, dans le sifflement de tous biseaux lugubres effleurés par la lèvre. »


Carte mémoire

Palingénésie
Gabriel Arnaud
Illustré par Claire Fauchard
Éditions Soc & Foc
2015
12 €
ISBN : 978-2-912360-96-0
www.soc-et-foc.com


« (…) Lorsque le frêne fut coupé,
il y eut comme une évidence :
garder une trace, une empreinte.
Alors, on pose quelques mots dans les marges
et d’autres mots apparaissent
sous l’écorce d’un miroir embrumé
derrière la parole sucrée des livres
découvrant un monde au-delà de l’intime. »


Dernières nouvelles d’Ulysse

Werner Lambersy
Peintures d’Anne-Marie Vesco
Rougier V. éditions
2015
104 pages
18 €
ISBN : 979-10-93019-11-6
www.rougier-atelier.com


« Le corps l’âme / les nerfs admirables / de l’esprit (Opsimath) expliquent-ils la palpitation entière du cosmos dans la moindre blessure du sens ? C’est l’aspiration impossible, du fond de cette dispersion qu’aucun concept n’approche, que de Toucher une seule / fois / à l’écriture d’être / soi. Dans le sillage d’encre Ulysse, seule trace du héros disparu, Werner Lambersy accomplit sa prophétie océane, en concurrence avec l’avenir et les âges révolus. C’est un monde qu’il réinvente dans les chansons d’amour du samedi soir comme à la forge des galaxies.
Aussi l’époque exige-t-il de changer par le chant profère-t-il sur les voies versatiles du retour en Ithaque, certes assuré des lenteurs égarées du voyage et profusément conscient que le chant qui commence ici durera autant que les hommes. »
Hubert Haddad


Territoire des Tâtonnements

Manuelle Campos et Carine Masseron
Éditions La Renverse
2015
72 pages
13 €
ISBN : 979-10-94726-02-0
www.editions-la-renverse.com

« Qu’advient-il lorsqu’une poétesse musicienne dialogue avec une photographe poétesse, sans autre moyen que l’art pour se connaître, se reconnaître ? Dans ce recueil à quatre mains, deux écritures aux univers très différents se rencontrent, s’opposent ou se complètent. Les photographies de Carinne Masseron jettent sur les textes leur lumière crue. « Le fuite des lignes, les flous, les va-et-vient de la perspective, les éclats de silex dans l’imprécision du sujet, nous en ferons notre fête commune. » Bienvenue à la fête, « en résidence entre nuages et terre humide » !
Guitariste, chanteuse, compositrice de musique pour le théâtre, poétesse, Manuelle Campos fait de la langue une musique vivace, forte et souvent drôle, qui interroge le monde et notre humanité.
Carinne Masseron livre ici son premier recueil. Son écriture dévoile des instantanés où l’ombre tutoie le halo, où l’invisible côtoie l’insaisissable, où néons, ampoules et loupiottes se disputent la lumière. »


On n’aime guère que la paix

Anthologie par Jean-Marie Henry et Alain Serres
Illustrations de Nathalie Novi
Photographies de l’agence Magnum
Avril 2015
56 pages
18,50 €
ISBN : 2-912084-75-X
5 rue de Port-Royal 78960 Voisins-le-Bretonneux

« Syrie, Libye, Ukraine… 100 ans après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, l’actualité ne cesse de mettre la question de la guerre et de la paix au cœur des préoccupations des citoyens du monde. Loin du jeun diplomatique et des alignements de porte-avions, les poètes ont toujours offert une parole de paix. En accompagnant leurs voix de photos et d’illustrations aux couleurs chaleureuses, cet album devrait favoriser la discussion dans les familles et à l’école. Il est riche et dense. De surcroît, nous l’avons voulu beau pour mieux dire encore le désir de paix.
On n’aime guère que la paix fait partie de la collection intitulée « Des poèmes dans les yeux ». Celle-ci se situe, dans le catalogue de Rue du monde, entre les mini-albums Petits géants (dès 2 ans) et les anthologies de poésie (pour les 9-15 ans).
36 poèmes forts sont portés par des images très présentes, qui constituent elles aussi une écriture poétique. Un peu comme un décor graphique et poétique, tremplin à la lecture des textes.
On trouve dans On n’aime guère que la paix à la fois des photographies couvrant, en noir et blanc, les grandes guerres du 20e siècle, et des images de paix en couleur, des moments de vie quotidienne, illustrations simples du bonheur créées par Nathalie Novi.
Un jeu de volets et de rabats anime l’ensemble et offre de grands panoramiques. On soulève la photo d’un bombardier pour faire apparaître un coin de ciel bleu, on retourne un poème sur la Bosnie pour découvrir les couleurs d’une petite danseuse.
Au fil de l’album, le lecteur croise des textes qui dénoncent la guerre et, en vis-à-vis, d’autres poèmes qui racontent paisiblement la vie. Ils sont signés Prévert, Éluard, Guillevic, Apollinaire, Cocteau… mais aussi de poètes contemporains comme Jean-Pierre Siméon. La gravité du sujet n’exclut ni l’humour ni le sourire.
On n’aime guère que la paix est la rencontre entre différents créateurs, photographes, illustrateur et poètes, pour que les enfants se servent de la poésie comme de petites torches d’espoir.
La dernière image de l’album est une photographie, prise en Irak, d’enfants kurdes galopant dans une rivière. »

En janvier et février 2015, nous avons reçu ...

L’incertaine limite de nos gestes

Sylvie Brès
Éditions la rumeur libre
2014
90 pages
15 €
ISBN : 978-2-35577-062-3
Vareilles, 42540 Sainte-Colombe-sur-Gand
www.larumeurlibre.fr


« Nous n’avons pas dépecé
les futaies de l’insolite
accrochés à l’épine
d’un azur.

Nous voulions seulement rameuter
les aubes primitives
et capturer l’extase
de l’alouette
au fond du dé à coudre de notre pensée. »


À la fenêtre

Flora Delalande
Peintures Jérôme Gallet
Les Éditions Paysages
Septembre 2014
28 pages
12 €
ISBN : 979-10-94125-00-7
La Forêt, 61190 Bubertré
www.editionspaysages.com


« Dans l’écume – dans ce qui n’a jamais été rien d’autre que de l’écume – une barque nous emmène
vers l’horizon.
Elle glisse silencieusement.
(…) »


Un million d’éléphants

Yann Redor
Éditions Association francophone de haïku
Janvier 2015
60 pages
8 €
ISBN : 979-10-93318-02-8
361 chemin de la Verdière 83670 Barjols
www.association-francophone-de-haïku.com


« Pendant des années, Yann Redor s’est tu… puis, soudain, au détour de sa vie, il s’est ouvert en haïku pour partager la magie de ses voyages…
Le voyage anime le fil de ses jours. Il transforme ainsi chaque instant en défiant ses propres limites. Plongeur, grimpeur, voleur, mais peut être avant tout randonneur des airs, des eaux, des terres aussi proches ou lointaines…
Nous voilà, ici, embarqués dans son sac à dos.
À travers son regard, on sourit, on tremble, on s’émerveille, on s’imprègne… de soleil empourpré, de sol sablonneux, de papillons citrons…
Comme pour tout ce qu’il pratique, il lui a fallu peu de temps pour manier avec adresse le haïku et ses contraintes.
Sans y paraître, Yann nous entraîne dans l’univers des contes et nous restons les yeux grands ouverts, impatients de repartir… » Valérie Rivoallon


L’insurrection poétique
Manifeste pour vivre ici

Anthologie de Christian Poslaniec et Bruno Doucey
Éditions Bruno Doucey
Février 2015
256 pages
19 €
ISBN : 978-2-36229-078-7
Cour d’Alsace-Lorraine, 67 rue de Reuilly 75012 Paris
www.editions-brunodoucey.com


« L’insurrection poétique… L’anthologie que nous publions pour la 17e édition du Printemps des Poètes se veut un manifeste : manifeste « pour vivre ici », selon l’expression d’Éluard, manifeste en faveur d’une vie intense et insoumise, celle que réclament les poètes, ces voleurs de feu. Vingt-deux sections incisives, dont les titres se présentent comme des affiches, composent ce livre. Parmi elles : Refus d’un monde étriqué, Combattre l’ignorance, Shoah, Apartheid, Homos je vous aime, Avant j’avais un métier, Au croc la phynance, Cap Espérance, Sexisme injustice !, Mal à la terre… Et plus encore, pour prendre part aux combats de notre temps : Contre les fous de Dieu et Contre la bête immonde. Une insurrection de la conscience contre tout ce qui simplifie, limite et décourage. Le cri de cent dix poètes, citoyens du monde, adeptes d’une parole levée qui n’a jamais renoncé à changer la vie. » Bruno Doucey


Le chansonnier

Pierre Drogi
Éditions La Lettre volée
2014
126 pages
18 €
ISBN : 978-2-87317-429-3
www.lettrevolee.com


«     textes dont on sort en criant
  <et qui s’écroulent
derrière soi>

    dans le village aux aguets    textes-tours
j’ai été là       dit le texte                                      bûcher pour Mélusine
              dans un buisson ardent
  j’ai été là dans le texte
    dit le buisson ardent
          dans
               saturer sueur »


Sentiments provisoires

Brigitte Athéa
Éditions Le bruit des autres
Décembre 2014
84 pages
10 €
ISBN : 978-2-35652-111-8
www.lebruitdesautres.com


« À la manière d’une ronde schnitzlérienne d’aujourd’hui, les personnages – anonymes et interchangeables – pris dans les méandres de leur intimité et de leur contradiction cherchent, chacun à sa façon, de nouveaux repères et de nouveaux remèdes, pour survivre à la précarité généralisée. »


Tombeaux perdus

Patrick Dubost
Éditions la rumeur libre
2014
76 pages
14 €
ISBN : 978-2-35577-061-6
Vareilles 42540 Sainte-Colombe-sur-Gand
www.larumeurlibre.fr


« Oreste, mort sans être mort, debout dans une folie qui n’en finit pas, parle depuis des siècles. Il traverse depuis des siècles un champ de sépultures. Il parle au présent depuis un corps qui ne lui appartient pas, depuis une bouche qui s’exprime dans une langue qu’il ignore, dans une époque dont il ne sait rien. Il parle au présent sans être sûr d’avoir parlé autrefois, avant sa mort, du temps de son éventuel vivant. Sans être sûr que ce présent devienne un jour un passé. Sans être tout à fait sûr d’avoir habité un corps, une bouche, un jour, autrement qu’en parole. »


Autour d’un corps vivant

Pierre Schroven
Éditions l’Arbre à paroles
2014
96 pages
12 €
Le collectif des éditeurs indépendants, 37 rue de Moscou 75008 Paris
ISBN : 978-2-87406-590-3
www.maisondelapoesie.com

« Le peintre Guillaume Cornelius van Beverloo, hollandais né à Liège, l’un des six fondateurs du mouvement Cobra, avait pris pour nom d’artiste celui d’un oiseau noir : la corneille. Pour autant, et comme par ironie, sa peinture, d’une luminosité absolue, pénètre l’œil et irrigue tout le corps. Et c’est justement cela, cette clarté, cette joie bue par le corps en ses espaces intimes, que célèbre magnifiquement Pierre Schroven dans ce livre où chaque poème – «  tournant dans la beauté de l’énigme que contient chaque jour » - est une célébration de la vie ample. De la vie large. Et de ce corps artiste toujours en pleine métamorphose. »


Le cœur à trois heures du matin

Peter Bakowski
Éditions Bruno Doucey
Février 2015
128 pages
15 €
ISBN : 978-2-36229-079-4
Cour d’Alsace-Lorraine 67 rue de Reuilly 75012 Paris
www.editions-brunodoucey.com


« Le cœur à trois heures du matin rassemble, dans une édition bilingue, des poèmes écrits par Peter Bakowski entre 1955, année où fut publié In the Human Night, et 2014, date de son dernier recueil, Personal Weather. D’un texte à l’autre, même ton décalé, même fausse simplicité, même propension à transmuer la quotidienneté en poème. La guerre en Bosnie, les mains usées d’un vieil homme, une intervention chirurgicale, la vie de Billie Holiday, les tourments d’un enfant bègue, l’autoportrait du 27 janvier 2001, la peinture de Diego Rivera, un cœur qui chavire, des rêves de liberté… Le poète, qui paraît avoir convié Jacques Prévert, Allen Ginsberg et Jack Kerouac à sa table de travail, nous invite à faire un pas de côté pour voir le monde autrement. Voilà pourquoi je suis heureux de publier ce road movie poétique où chaque instant de vie est un instant sauvé. »
Bruno Doucey


En route

Bernard Moreau
Editions Les Arêtes
Janvier 2015
74 pages
17 €
ISBN : 978-2-915886-41-2
http://areteseditions.blogsport.fr


« Dans le long cortège qui bruit sans fin
sans doute quelques têtes endormies
sommeil où s’absorbe le temps perdu
dans le tunnel de tôle la nuée en chemin
que produisent les carburants les huiles l’acier
toute l’énergie que personne ne relâche plus
dans l’herbe des prairies où les chevaux
galopent les lourds troupeaux s’engouffrent
l’oiseau même veille-t-il encore d’un arbre
sur notre prison ce défilé au-dessus duquel
l’enfant a rêvé qu’il vole léger comme lui »


Droit de citer les poètes La poésie s’affiche

Citations choisies et présentées par Francis Combes
Dessins de Selçuk Demirel
Le Temps des Cerises
Février 2015
208 pages
14 €
ISBN : 978-2-37071-033-8
77 boulevard Chanzy 91300 Montreuil
www.letempsdescerises.net


« Ce carnet de citations empruntées à des poètes français et étrangers est accompagné de dessins de Selçuk Demirel. Ces paroles sont une forme de réclame poétique, de réclame pour la poésie. (Ce sont les poètes qui ont inventé le sens de la formule, voire du slogan que la publicité leur a souvent volé. Ils ont le droit de reprendre leur bien et de le partager. Platon voulait chasser les poètes de la cité… Mais aujourd’hui la poésie s’affiche sur les murs, dans le métro. Les poètes reviennent dans la cité. Ils ont droit de cité et nous avons le droit de les citer).
Chacun peut en faire l’usage qu’il veut. A condition de rester fidèle à sa source et à son eau vive… En émailler sa conversation ou sa correspondance, les diffuser sur internet, les offrir à celui ou celle que l’on aime, les reproduire en feuillet, en carte postale, en affiche manuscrite.
Et chacun peut compléter ce carnet comme il l’entend. Y ajouter les citations qu’il aura trouvées de son côté et qui lui plaisent. Y inscrire ses propres poèmes ou ses propres dessins. »


Je rêve le monde, assis sur un vieux crocodile

Collectif d’auteurs
Images d’Aurélia Fronty
Rue du monde
Mars 2015
56 pages
18 €
ISBN : 978-2-35504-356-7
5 rue de Port-Royal 78960 Voisins-le-Bretonneux


« Porteurs d’espérances ou ferments de résistances, démolisseurs du prêt-à-penser ou bâtisseurs d’utopies, les poètes ont de tout temps aiguillonné les évolutions du monde. Ils ont aussi fait bouger la langue pour mieux l’inscrire dans ce mouvement. Cette nouvelle anthologie de Rue du monde (la quinzième du genre) offre des textes, tous inédits, de poètes vivants, qui vont dans ce sens en interrogeant, titillant, protestant, s’insurgeant, ironisant, imaginant et dessinant, de fait, un monde nouveau, dont on espère vivement l’avènement.
Une petite vignette en ombre chinoise rythme le livre : un enfant perché sur un vieux crocodile, qui symbolise le vieux monde. Ensemble, ils se promènent de page en page, glissant dans l’album quelques chiffres ou faits réels qui alertent nos consciences et font réagir les auteurs, soutenus par le trait coloré d’Aurélia Fronty.
Les tragiques attentats parisiens du début d’année, suivis d’un rare élan de solidarité internationale, sont bien sûr évoqués : les poètes ont eux aussi envie de lever leurs crayons pour s’exprimer en confrontant obscurantisme et espérance. Plus que jamais, la poésie peut nous aider à prendre de la hauteur pour réfléchir et avancer. »


Le petit musée du bleu

Carl Norac
Rue du monde
Mars 2015
36 pages
16 €
ISBN : 978-2-35504-357-4
5 rue de Port-Royal 78960 Voisins-le-Bretonneux


« Voici treize grandes œuvres choisies pour la présence de la couleur bleue. Que ce soit une simple touche ou une dominante, ce bleu est l’occasion d’une observation originale, comme l’était la couleur rouge dans Le petit musée du rouge, paru en 2014.
Au travers d’un court poème qui fait face au tableau ou à la sculpture reproduite, Carl Norac offre au jeune lecteur des pistes pour aiguiser son observation ou laisser au contraire gambader son imagination. Les enfants sont ainsi invités à cheminer au cœur d’œuvres variées, signées Degas, Dubuffet, Hokusai, Klee, Magritte, Miro, Picasso, de Saint Phalle, Vermeer… Ce deuxième petit opus, qui sera rejoint par d’autres, permet aux enfants de rencontrer une belle poignée d’artistes majeurs et d’apprendre à aller vers l’art par la grande porte des couleurs ou par la petite fenêtre de la poésie. »


La réunion de famille

Jacques Charpentreau
Images de Silvia Bonanni
Rue du monde collection Petits géants
Mars 2015


L’enfant précoce

René Guy Cadou
Images de solenn Larnicol
Rue du monde collection Petits géants
Mars 2015


Image

Guillevic
Illustrations de Clotilde Perrin
Rue du monde collection Petits géants
Mars 2015


C’est demain dimanche

Philippe Soupault
Images de Nathalie Choux
Rue du monde collection Petits géants
Mars 2015

« En plus d’être la première bibliothèque poétique des très jeunes lecteurs, qui comptera donc désormais 38 titres, la collection Petits géants offre aussi un formidable panel d’illustrations. Chaque « Petit géant » est en effet illustré par un artiste différent. La collection offre donc une véritable galerie de l’illustration jeunesse contemporaine.
En confiant ces quatre nouveaux albums à Nathalie Choux, Solenn Larnicol, Silvia Bonanni et Clotilde Perrin, Rue du monde inscrit ces quatre talents parmi les illustrateurs qui comptent dans l’univers jeunesse. »

En décembre 2014, nous avons reçu ...

Sorts

Tristan Félix
Editions Henry
2014
94 pages
8 €
ISBN : 978-2-36469-075-23
www.editionshenry.com

« Jette-toi du haut qui penche
à six faces débraillées
Mets bas ton ciel criblé d’oiseaux
L’inepte féérie compte sur tes osselets
pour saisir l’identique sous l’autre
Quel sort cueille quoi de rare ?
Son coup sonne au cou du condamné
Il n’en rit qu’à la pointe des pieds
qu’il a de boue tiède oints
pour s’absenter
du sol »


L’Enneigement

Michel Thion
Editions La rumeur libre
2014
60 pages
14 €
ISBN : 978-2-35577-086-9
www.larumeurlibre.fr

« Écrire avec la neige
pour un lecteur aveugle.

Elle est l’encre,
la plume,
et le papier.

Elle est
le texte,
et ce qu’il ne dit pas.

Elle écrit sur l’océan
un étrange récit
qui s’efface aussitôt. »


Le pays défait de ma naissance

Ali Podrimja
Revue À L’Index
Septembre 2014
114 pages
16 €
ISBN : 9771620388045
www.poesiealindex.blogspot.com
www.lelivreadire.blogspot.com

« cette ombre près de la fenêtre
ce n’est pas moi
c’est ta mère
qui te cherche dans la foule

cette ombre au fond de la chambre obscure
ce n’est pas moi
c’est ton frère
qui joue de la flûte le cœur triste
(…) »


Plus haut que les flammes

Louise Dupré
Éditions Bruno Doucey
Janvier 2015
112 pages
14,50 €
ISBN : 978-2-36229-076-3
Cour d’Alsace-Lorraine 67 rue de Reuilly 75012 Paris
www.editions-brunodoucey.com

« Il est des livres dont on ne revient pas. Plus haut que les flammes de Louise Dupré, publié pour la première fois au Québec en 2010, est de ceux-là. Il fait partie de ceux qui m’ont noué la gorge dès les premières lignes, pour me conduire à plus de dignité, plus de courage, plus d’efforts pour inventer la joie. Un voyage est à l’origine de ce texte : celui que Louise Dupré effectua en Pologne, dans les anciens camps d’extermination d’Auschwitz et de Birkenau. Bouleversée par ces lieux, elle en a ramené un poème poignant, indigné, lucide. Un long poème dédié à tous les enfants disparus dans les camps, puis à ceux des générations à venir, qui devront « trouver des échelles plus hautes que les flammes » pour offrir une demeure à la mémoire des morts, réapprendre à danser et préserver la vie. Des mots pour ne pas oublier et dire non à la barbarie. »
Bruno Doucey


Débarras

Hervé Federspiel
Don endia éditions
2014
284 pages
19 €
ISBN : 979-10-93409-00-9
28 rue Traversière 75012 Paris
www.editions-donendia.com

« de tout mon corps émane
une odeur de brioche au beurre
dans ma paume à ma bouche
un arôme de pain d’épices »

En novembre 2014, nous avons reçu ...

La Marche de l’océan

Yannis Ritsos
Editions Bruno Doucey
Novembre 2014
112 pages
14,50 €
Cour d’Alsace-Lorraine, 67 rue de Reuilly 75012 Paris
www.editions-brunodoucey.com

« Après Le Chant de ma sœur et Symphonie du printemps, le lecteur peut enfin tenir entre ses mains le troisième volet de la trilogie de jeunesse de Yannis Ritsos : La Marche de l’océan, livre jusqu’alors inédit en français. Nous sommes en 1939. Tandis que résonnent les marches militaires de l’armée allemande, le poète grec écrit un long texte voué à la houle continue de la mer. Un chant où la lointaine présence d’Ulysse se mêle à l’évocation des vieux marins « qui n’ont plus de caïques » et fument en silence « voyages, ombres et regret ». Un chant où les souvenirs d’enfance n’empêchent pas de songer aux « captifs attachés aux ancres, un anneau serré au cou de l’horizon. » Car ce texte lyrique, puissant, délié, ne retrouve la geste des souffles antiques que pour venir en aide au présent. Un chant de résistance et d’espoir, un poème pour notre temps. »


Boucles d’oreilles, ventres et solitude

Doina Ioanid
Traduit du roumain par Ian H. Mysjkin
Cheyne Editeur
Novembre 2014
192 pages
25 €
ISBN : 978-2-84116-206-2
www.cheyne-editeur.com

« Doina Ioanid est inimitable. Elle utilise des mots quotidiens et elle y fait tout à coup briller, au milieu de leur troupe, un mot superbe et rare. Ou bien elle évoque la crasse, la vieillesse, la pourriture, avec des accents d’une innocence renversante. Il faut s’y faire. La Poésie de Doina Ioanid s’attrape comme un virus, quand on l’a simplement parcourue, on y revient, quand on l’a lue vraiment, on sait qu’on ne l’oubliera pas. »
Marie Etienne, La Quinzaine Littéraire.

« La poésie de Doina Ioanid se compose exclusivement de poèmes en prose de deux à vingt-cinq lignes, sans titres, à la syntaxe très fortement narrative, mais au service d’une rédaction presque toujours délirante, où le surréalisme semble connaître une nouvelle jeunesse. La récurrence de personnages de sa famille invite à lire ces textes comme les fragments d’une autobiographie fantastique, moments de la vie d’un « moi » menacé de toutes parts, en proie à des cauchemars inquiétants. »
Jean-Yves Masson, Le Magazine Littéraire.


Coquelicot et autres mots que j’aime

Anne Sylvestre
Éditions Points
Octobre 2014
200 pages
10,90 €
ISBN : 978-2-75783-038-3
25 boulevard Romain-Rolland 75014 Paris
www.lecerclepoints.com

« Tout en subtilité et profondeur, Anne Sylvestre invoque les mots qui la touchent et l’émeuvent, dévoilant à travers eux la matière même de sa vie. Entre les souvenirs ressurgis et les petits bonheurs du quotidien, entre les coulisses de la scène et les champs de son enfance, ses textes nous plongent avec émotion dans son intimité. »


La Persécution

Pier Paolo Pasolini
Éditions Points
2014
350 pages
11,20 €
ISBN : 978-2-75784-299-7
25 boulevard Romain-Rolland 75014 Paris
www.lecerclepoints.com

« Dans la seconde partie de sa vie, Pasolini fera un usage provocant, polémique, de la poésie. Artiste en vue, romancier, cinéaste, critique de la société, sa vie privée ou publique est la cible d’attaques : il se sent persécuté et il l’est. Il répond avec panache. Il ne parle plus en son nom seul, mais aussi en celui de tous les persécutés. Ce n’est pas un chant de plainte, mais un chant de combat. Il se tourne vers ceux qui incarnent l’humble Italie ou au contraire la menacent. Avant que cette menace ne devienne réalité tragique. Les poèmes ici rassemblés et traduits en français pour la première fois résument cette conviction et ce destin. »


Contours du piège

Étienne Paulin
Éditions Lanskine
Novembre 2014
58 pages
12 €
ISBN : 979-10-90491-16-8
39 rue Felix Thomas 44000 Nantes
www.editions-lanskine.fr

Quatre ensembles de textes poétiques constituent Contours du piège, quatre chants souvent énigmatiques, traversés par une écriture inventive et fantaisiste, usant du langage comme d’un nid de chausse-trappes et conduisant son lecteur dans des régions insoupçonnées. Patrice Maltaverne a évoqué au sujet de cette poésie « cette impression que n’importe quoi peut survenir au détour d’un vers, d’une phrase. Cette attitude dégagée avec la vie, cette manière d’être plutôt ironique, ce regard aristocratique sur l’existence, vue comme un bric-à-brac de présent et d’inactuel ». Les mots de Contours du piège guettent l’inouï, avec une légère ivresse, entre vie rêvée et terreurs d’enfant. »


La vie moins une minute

Marie de Quatrebarbes
Éditions Lanskine
Novembre 2014
92 pages
14 €
ISBN : 979-10-90491-15-1
39 rue Felix Thomas 44000 Nantes
www.editions-lanskine.fr

« La vie moins une minute, une écriture à fleur de nerf qui égratigne et entraine le lecteur dans une sarabande endiablée. Télescopage de mots, de sons, d’images, pour raconter l’amour, la féminité, les corps. Elle, je… s’interroge sur son désir, celui de l’autre. L’enfance, regard aigu, n’est pas loin mais c’est déjà un autre temps, encore étranger. »


Clameurs du jour

Jean Chatard
Éditions Éditinter
Novembre 2014
68 pages
13 €
ISBN : 978-2-35328-136-7
www.editinter.fr

« Auteur de plus de 30 recueils de poèmes et de nouvelles fantastiques, Jean Chatard est aussi critique et « revuiste ». Il a été rédacteur en chef des revues Le puits de l’Ermite et de Soleil des loups. Il a par ailleurs collaboré à des centaines de revues. Quant à ses poèmes, ils ont été traduits en allemand, anglais, arabe, espagnol, portugais, polonais, roumain.
Ce bourlingueur met les horizons à portée de voile et de poème. On s’en rend particulièrement compte avec son anthologie, Les archives de la nuit (L’Arbre à parole éditeur), préparée et préfacée par Francis Chenot. »


République Terre

Odile Caradec
Éditions Odile Verlag
2013
205 pages
18,90 €
ISBN : 978-3-943358-02-5
www.odile-verlag.de

« Non, on ne s’ennuie jamais avec ces poèmes, on rit, s’étonne, s’amuse, persifle, goguenarde, mais sans jamais aucune tranche de vulgarité, simplement avec une timidité joyeuse teintée d’étonnement. »
Jean-Pierre Brèthes


Unités

Luc Bénazet
Éditions du cipM
Septembre 2014
14 €
ISBN : 979-10-91911-18-6
Centre de la vieille Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille
www.cipmarseille.com

« ce que les paroles regardent ne tient pas en elles, n’est pas une forme, ainsi n’a pas une bouche,
par où un corps commence, et finit. L’interrogation
insistante, un informe obscur nourri, sont avec lui appelés
un passage au visible, sa levée, -
sorties dans un rêve, -
forages d’un »


Poètes, qui êtes-vous ?

Pierre Ducrozet
Illustrations de Zaü
Éditions Bulles de savon
Janvier 2013
17 €
ISBN : 979-10-90597-09-9
www.editions-bullesdesavon.com

« Hugo, Rimbaud, Baudelaire, Apollinaire et les autres grands poètes de langue française nous parlent à l’oreille de ce qu’a été leur vie, ils nous donnent les clefs pour comprendre leurs poèmes. Approchons-nous, écoutons-les. Ils nous font monter dans leur barque et nous apprennent à naviguer. »


Soixante secondes de papillon

Illustrations de Carine Sanson
Musiques de Jean René
Éditions Bulles de savon
Septembre 2011
40 pages
19 €
ISBN : 979-10-90597-01-3
www.editions-bullesdesavon.com

La poésie ne doit pas rester dans les vieux tiroirs où on l’a souvent placée, elle doit descendre dans la rue, elle doit toucher les enfants.
Et quoi de mieux que la chanter pour se l’approprier ?
J’ai tenté de marcher sur les traces des glorieux Brassens, Ferré, Ferrat, qui ont rendu populaires les plus grands poètes.
Quand la poésie se transforme en chanson, elle ajoute une corde à son arc.
Alors, lisons-la, écoutons-la, chantons-la et devenons,
à notre tour peut-être, un peu poètes ! »
Jean René


Petits poèmes en rang par trois

Marc Baron
Illustrations de Zaü
Éditions Bulles de savon
Février 2012
14,50 €
ISBN : 979-1-09-059704-4
www.editions-bullesdesavon.com

« Voici des fragments de vie, juste 3 lignes comme des trèfles à 3 feuilles, à la limite du haïku, de l’aphorisme ou de la pensée.
Si tu veux toi aussi entrer dans le jeu, n’en lis que 3, chaque soir, avant de t’endormir et le bonheur de Marc Baron sera parfait.
Adepte de la course à pied et de la brièveté, il a écrit ces petits poèmes qui ne manquent pas de souffle et te trotteront dans la tête, entre tendresse et humour.
Et, dans la foulée, gardant le même rythme, Zaü est venu poser ses encres et ses couleurs. »


Toute d’étincelles vêtue

Tanella Boni
Éditions Vents d’ailleurs
Novembre 2014
106 pages
10 €
ISBN : 9782364130487
11 route de Sainte-Anne 13640 La Roque d’Anthéron
www.ventsdailleurs.com

« La poésie de Tanella Boni est un ruisseau sauvage parallèle au canal de la vie. Sautant de-ci de-là, de la politique aux armes, de la parole aux larmes, ses scènes et histoires sont construites comme des récits, proposant un contraste permanent entre le plaisir des mots et la réalité du monde. Ses mots-frontière montre le poids du monde, raconte l’humain et fait craindre l’homme, raconte aussi, comment être en vie et comment s’y prendre sans se rendre. »


Présences. Je suis là où je vois.

Anne Slacik
Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines et IAC Éditions d’Art
Novembre 2014
158 pages
25 €
ISBN : 978-2-9163-7376-8
www.saint-quentin-en-yvelines.fr

Il s’agit du catalogue des 7 expositions d’Anne Slacik proposées sur le territoire de Saint-Quentin-en-Yvelines de décembre 2014 à juin 2015.
« Présences, c’est d’abord la présence des œuvres sur toiles, sur papier, ou livres peints dans les différents lieux qui vont les exposer pendant toute une année.
Les sept expositions à Saint-Quentin-en-Yvelines en 2014 et 2015, sont chacune le fruit d’un projet particulier élaboré en concertation avec les personnes qui accueillent mon travail, et que j’ai rencontrées durant les derniers mois. Elles sont liées aux spécificités des lieux, à leurs espaces particuliers, mais aussi à leurs histoires propres.
Présences, c’est aussi l’interrogation plus philosophique liée au regard porté sur l’œuvre, celui du spectateur. Comment regarder, quel regard porter, quel est le temps du regard, comment conduire le regard, comment être face à l’œuvre ? Autant d’interrogations que j’aimerais proposer au fil de ces expositions.
D’où le Je suis là où je vois qui éclaire le mot Présences. »
Anne Slacik


L’amour au temps de l’insurrection et de la guerre

Anthologie de la poésie syrienne d’aujourd’hui
Maram al-Masri
Éditions Le Temps des Cerises
Novembre 2014
154 pages
12 €
ISBN : 9782370710321
77 bd de Chanzy 93100 Montreuil

« La Syrie est touchée par le soulèvement, la répression et la guerre ; le sang n’en finit pas de couler…
Dans ces circonstances, à plusieurs reprises je me suis demandé : « Comment peut-on encore aimer ? » Cette sensation de joie, de plaisir et même d’exaltation qui va avec l’amour est-elle encore possible, et légitime ?
Venant de Syrie, quelqu’un m’a répondu : « Surtout en temps de guerre, comme un acte de vie ».
Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’amour en effet non seulement résiste, mais s’exprime avec une force et une intensité rares.
La poésie syrienne d’aujourd’hui en porte témoignage.
Je veux, à travers le choix des poèmes que vous allez lire, montrer le visage humain, le visage de beauté de ce peuple qui mérite de connaître la paix, la liberté et la démocratie. »
Maram al-Masri

En septembre et octobre 2014, nous avons reçu…

Le Film des questions

Frank Smith
Éditions Plaine Page
2014
100 pages
10 €
185 rue des Tanneurs 83670 Barjols
www.plainepage.com

« Filmer un paysage en Alabama où un jeune tueur en masse, le mardi 10 mars 2009, assassine dix personnes au hasard avant de mettre fin à ses jours.
Croire au monde, croire à la réalité de ses ruptures internes, voir comment l’événement se perpétue, balbutie, reste en suspens dans la faille majeure qu’il crée.
Ceci n’est pas un film sur ceci. Chaque question posée est une bifurcation, une déviation, une prolifération devant la route qui se jette droite devant nous. »
(Voir note critique sur notre blog)


Échappée

Agnès Dargent
Cheyne éditeur
2014
96 pages
16 €
www.cheyne-editeur.com

« Agnès Dargent « s’échappe » de la ville et de ses faubourgs pour de longues randonnées à vélo. Et c’est toute une vie secrète, un monde d’odeurs, de bruits et de couleurs que lui offrent les visages changeants des régions qu’elle traverse, des monts du Lyonnais au plateau Vivarais-Lignon, entre Ardèche et Haute-Loire.
Au cours de ses haltes dans les bistrots, sur les places de village, elle croise un univers familier fait de rencontres toutes simples – cafetiers, serveuses, clients et commerçants -, dont elle dresse un portrait à la fois vif et tendre. »


De la tête aux pieds et des pieds à la tête

Constantin Kaïteris
Illustrations de Brigitte Dusserre Bresson
Éditions Corps Puce
2014
70 pages
14 €
27 rue d’Antibes 80090 Amiens
http://corps-puce.org

« Voici des poèmes pour petits et grands à se mettre en bouche, « petits poèmes du corps par cœur » selon l’auteur. Car n’est-il pas vrai, comme le disait le petit Prince, « qu’on ne voit bien qu’avec le cœur ? »
Goûtons donc ce plaisir de la langue pour approfondir les imaginaires de notre corps, de nos corps. »


Passerelle poétique avec le cirque équestre

Collectif
Éditions Corps Puce
2014
64 pages
14 €
27 rue d’Antibes 80090 Amiens
http://corps-puce.org

« La Maison nomade de Poésie en Picardie met en place depuis plusieurs années des « Passerelles poétiques » : il s’agit de mettre des mots, des textes, des poèmes, sur d’autres domaines artistiques.
Alors le Cirque ne pouvait nous échapper. D’autant qu’il y a tant d’affinités entre le cirque d’aujourd’hui et la poésie ! Numéros courts, numéros aux démarches artistiques proches de la poésie… Un acrobate ne doit pas seulement montrer qu’il a le sens de l’équilibre, il doit aussi nous mener dans un univers symbolique, comme le poète…
Jean-Pierre Marcos, directeur des Arts du cirque et de la Rue d’Amiens Métropole, a donc proposé de faire passerelles poétiques avec le cirque équestre durant la saison 2012-2013.
Quatre poètes et une plasticienne ont répondu présents, et ont participé à deux spectacles chacun afin d’établir leur passerelle poétique. Voilà le résultat.»


Duos

Joël Picard
Éditions Donner à Voir
2014
48 pages
6,50 €
91 Rue de Tripoli 72000 Le Mans
http://donner-a-voir.net

« Joël Picard, ardennais de naissance, vit dans un village de la Sarthe, Jupilles, au cœur de la forêt de Bercé où il fut maître des Eaux et Forêts, à l’instar de La Fontaine, avec cependant une corde de plus à son arc : il a réalisé tous les dessins de ce Petit Carré. Amoureux des arbres qu’il est, il l’aurait bien aussi, s’il l’avait pu, réalisé en écorce… »


L’entretien devant la nuit

Poèmes 1968-2013
Paul Farellier
Les Hommes sans Épaules éditions
2014
684 pages
25 €
8 rue Charles Moiroud 95440 Ecouen
www.leshommessansepaules.com

« On ne restitue pas les années d’une vie. Elles se tiennent derrière une porte dont s’est perdue la clé. Mais le poème en a cristallisé les quelques instants où le regard, immergé dans le réel, était le réel. Il y eut ces moments de naissance nue où l’intimité avec les choses faisait presque mal à force de muer le spectacle en la chair même du spectateur. Une distance devenait nécessaire ; au-delà des choses, que les choses elles-mêmes avaient parfois frôlé dans le sensible ; un éternel, par éclairs, entre des images furtives. Et il y avait ce voisinage insistant d’une « substance » entre toutes mystérieuse : la Nuit, dont peu à peu la parole tenta de se faire le chevet. C’est la sorte de poème, témoin actif d’une terre cachée, que ce livre essaie de rassembler. »


Née de la pluie et de la terre

Rita Mestokosho
Photographies de Patricia Lefebvre
Éditions Bruno Doucey
2014
112 pages
17,50 €
Cour d’Alsace-Lorraine, 67-69 rue de Reuilly 75012 Paris ou en librairie
www.editions-brunodoucey.com

« Née de la pluie et de la terre est le livre d’une rencontre entre deux femmes, de civilisations différentes, qui se reconnaissent comme sœurs dans le tissage d’une parole universelle.  L’une est poète, l’autre photographe. Patricia Lefebvre a rencontré Rita Mestokosho lors des séjours qu’elle effectua chez les Innus, peuple autonome du Québec. Ses photographies accompagnent la poésie simple, authentique et chamanique d’une femme qui s’adresse aux forêts, aux lacs, aux rivières, à l’ours, au saumon, au vent ou aux nuages, comme à la grand-mère qui lui a transmis l’amour de la vie. Car la poésie de Rita Mestokosho est, ainsi que l’écrit J. M. G. Le Clézio, préfacier de ce livre, « pleine de cette puissance féminine qui imprègne les peuples anciens. Quelque chose de calme et d’incorruptible qui s’ouvre sur l’avenir. » Comme lui, je suis heureux et fier de faire entendre cette voix native d’un peuple qui lutte pour sa survie. »
Bruno Doucey


Vive la liberté !

Anthologie
Éditions Bruno Doucey
2014
128 pages
8,50 €
Cour d’Alsace-Lorraine, 67-69 rue de Reuilly 75012 Paris ou en librairie
www.editions-brunodoucey.com

« C’est moi…
celle qui crie à la face du dictateur.
Celle qui vit seulement dans les esprits nobles
celle que connaissent seulement les cœurs des héros
celle qui ne marchande pas et qui n’est pas à vendre.

Je suis le pain de la vie et son lait
mon nom est
Liberté. » Maram al-Masri


Guerre à la guerre

Anthologie
Éditions Bruno Doucey
2014
128 pages
8,50 €
Cour d’Alsace-Lorraine, 67-69 rue de Reuilly 75012 Paris ou en librairie
www.editions-brunodoucey.com

« Je viens de recevoir
Mes papiers militaires
Pour partir à la guerre
Avant mercredi soir
Monsieur le Président
Je ne veux pas la faire
Je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens »
Boris Vian


Si tu parles, Marianne

Bruno Doucey
Éditions Elytis
2014
112 pages
15 €
51 avenue Jeanne d’Arc 33000 Bordeaux
www.elytis-edition.com

« Si tu parles, Marianne, est un récit court et fulgurant qui s’inscrit dans un cycle de romans historiques brefs, consacrés par l’auteur Bruno Doucey à des poètes que l’on a assassinés.

Marianne Cohn est née en 1922, à Mannheim en Allemagne. D’origine juive, elle s’exile avec sa sœur à Paris puis rentre en résistance dès 1941. Elle change alors de nom et devient Marianne Colin afin de faire passer des enfants juifs en Suisse.
Elle est arrêtée à Annemasse en mai 1944, probablement dénoncée, alors qu’elle n’est plus qu’à 200 mètres de la frontière suisse, avec une trentaine d’enfants. Malgré la torture, elle ne livre aucune information à la Gestapo et refuse la proposition d’évasion de son réseau, par peur des représailles sur les enfants.
Elle est assassinée à coups de bottes et de pelles le 7 juillet 1944, parce qu’elle était juive, parce qu’elle était femme, parce qu’elle était bien plus forte que ses assassins.
On ne connait qu’un seul poème de Marianne Cohn : « Je trahirai demain », reproduit en fin d’ouvrage.

Comme une supplique pour que la mémoire de Marianne Cohn ne s’éteigne jamais, le livre de Bruno Doucey revient sur l’histoire trop brève de Marianne. En s’adressant directement à elle, l’auteur établit un lien ténu et intime qui nous dit toute la fragilité de sa vie.
Poignant et lumineux comme le poème-épitaphe de Marianne, ce texte de Bruno Doucey s’adresse à tous les publics. »


Pierrot de rien

Françoise Lison-Leroy
Dessins d’Anne Leloup
Éditions Esperluète
Septembre 2014
64 pages
14 €
9 rue de Noville 5310 Noville-sur-Mehaigne Belgique
www.esperluete.be

« Au départ d’un fait réel, la rencontre lumineuse d’une errante d’aujourd’hui, Françoise Lison-Leroy a construit un récit poétique qui court vers une autre présence. Une voie ferrée, un petit bois, la vie sauvage… et cet autel de campagne, dédié à un accidenté de la route.
Ce texte, entre récit et poésie, raconte l’histoire qui naît lorsque le réel éclate et qu’une fuite en avant le remplace, quand le chagrin prend le dessus sur la vie. Il raconte un homme, ou une femme, qui vit de vide et du bruit du train, s’installe dans un petit bois, là où un jeune père est mort d’un accident de la route ; deux histoires bien réelles se croisent. C’est à la lecture des traces de bords de chemin – abris de fortune, cartons empilés, petit bouquet ou photo jaunies… - que ces vies brisées se révèlent. Ces traces ne parlent pas toujours aux vies pressées, il faut l’œil du poète pour les lire et les comprendre.
Françoise Lison-Leroy construit son récit de ces histoires glanées, elle en fait un « moment en mots ». En parallèle, les dessins d’Anne Leloup glanent le temps qui passe : ombre portée, brindilles, traces… de ce qui se passe au ras du sol, que l’on choisit de voir ou de piétiner. »


Où que j’aille

Albane Gellé
Dessins d’Anne Leloup
Éditions Esperluète
Juin 2014
20 pages
8 €
9 rue de Noville 5310 Noville-sur-Mehaigne Belgique
www.esperluete.be

« Ce texte d’Albane Gellé est tout à la fois une adresse à un tu absent et un long monologue où le temps, la nature et les vivants prennent chacun leur place. Elle nous donne à sentir que l’absence physique peut être compensée par une omniprésence dans les « petites » choses de tous les jours. Elle nous dit qu’une présence rendue vivante au fil du temps, des saisons et des enfances qui se succèdent, est le seul atout de l’absence et le point d’ancrage des vivants. Avec elle, le lecteur imagine l’absent, accompagne les gestes simples et se souvient de ses propres fêlures.
Albane Gellé fixe les mots comme autant d’objets à manipuler avec soin pour que la mémoire affleure et que le son fasse sens.
Les dessins au crayon d’Anne Leloup invitent à une rêverie organique. Les fleurs, les saisons et le temps qui passe accompagnent le texte. Ces dessins aériens proposent une seconde lecture de la perte et du souvenir comme un renouvellement, un cycle, celui de la vie. »


Les gestes du linge

Amandine Marembert
Images de Valérie Linder
Éditions Esperluète
2013
20 pages
8 €
9 rue de Noville 5310 Noville-sur-Mehaigne Belgique
www.esperluete.be

« Les gestes du linge se passent de mère en fille, de mains en mains. Les gestes ne s’oublient pas, ils s’accordent pour entamer une danse délicate, celle des mains qui apprennent à plier, repasser et repriser.
Ces textes courts évoquent la douceur de la lessive, les souvenirs de linge flottant au vent, les draps fraîchement pliés dans l’armoire, les mains qui s’activent. C’est une histoire de famille, on y voit une grand-mère qui initie sa petite-fille, une mère qui raconte la lessive, un voisin qui consulte le linge pour connaître la météo…
Ce sont des gestes tendres qui nous parlent d’amour et de temps qui passe.
Les dessins, bleus comme l’eau, le vent et le ciel, délicats comme le linge, esquissent et croquent ces gestes de tous les jours. »


Portrait de l’artiste en chat crevé

Luc Bérimont
Éditions du Jasmin
2014
48 pages
9.90 €
4 rue Valiton 92110 Clichy France
www.editions-du-jasmin.com

« J’étais un invité chez toi
Ma maison n’était plus la mienne
Maintenant que tu as vécu
Je sais que le maître est parti. »


Suites et fugues

Patricia Castex Menier
Éditions Henry
2014
72 pages
10 €
Parc d’activités de Campigneulles-les-Petites 62170 Montreuil-sur-Mer
www.editionshenry.com

« Patricia Castex Menier mêle sa voix aux voix « de loin » et «  de partout ». Les plus humbles, qui vacillent, les plus intenses, n’opposent pas le fleuve et la source, elles régénèrent le chant : le secret de la poésie comme de la vie, nous confient-elles, ne se devine qu’en notre accueil, c’est-à-dire un acte d’amour. »
Extrait de la postface de Pierre Dhainaut


Des pas rythmés par la mémoire

Françoise Coulmin
Éditions Henry
2014
80 pages
8 €
Parc d’activités de Campigneulles-les-Petites 62170 Montreuil-sur-Mer
www.editionshenry.com

« Les émotions glanées ici et là pendant des décennies sur les Autres Rives de cette Mare Nostrum, sont consignées en ce Des pas rythmés par la mémoire, pour conjurer les tragédies et les cauchemars toujours recommencés. »


Je vous aime

Marc Baron
Illustrations de Anna Obon
Éditions Bulles de savon
2014
14,50 €
www.editions-bullesdesavon.com

« A toi qui ouvres ce livre comme on part en chemin, Marc Baron propose une promenade, en amoureux. Ne t’en étonne surtout pas : il écrit ses poèmes comme des lettres d’amour ouvertes à tous les vents. Ensemble, toi et lui, vous allez marcher et courir sur les chemins des quatre saisons. La beauté vous attend au bord des champs de blé, sur la plage de sable, dans le soleil rougeoyant et l’herbe verte des sentiers. Après le succès de Petits poèmes en rang par trois, Marc Baron reprend la route, entraînant dans son sillage l’illustratrice Anna Obon. »


Les gens polis ne font pas la guerre à autrui

Jacques Thomassaint
Illustrations de Pierre Rosin
Éditions Soc et Foc
2014
12 €
3 rue des Vignes, La Bujaudière 85700 La Meilleraie-Tillay
www.soc-et-foc.com

« Au pays des militaires, tant qu’on joue avec les mots, on ne joue pas avec les morts. Sabre de bois, sabre de fer, il est des vérités qu’il faut dire et redire, des vérités graves qui se font légères dans les vers de Jacques Thomassaint. Des vérités toutes simples, des évidences que les grands de ce monde n’ont toujours pas comprises, dont la toute première : Les gens polis ne font pas la guerre à autrui. »


Les hommes tissent le chemin

Bernard Grasset
Peintures de Jean Kerinvel
Éditions Soc et Foc
2014
12 €
3 rue des Vignes, La Bujaudière 85700 La Meilleraie-Tillay
www.soc-et-foc.com

« Un bateau blanc, le vent,
De nouveau l’océan,
Et l’attente des îles.

Une cabane verte,
Les rochers abrupts, marche
Un homme dans les landes.

Le lieu intérieur, pur,
Résonne d’un éclair
Où se penchent nos vies.

Le grand phare, le sable,
L’écho des années
Prolonge l’aventure. »


Dunité

Anne Pastor Cadou
Photographies de Marie-Geneviève Lavergne
Éditions Soc et Foc
2014
12 €
3 rue des Vignes, La Bujaudière 85700 La Meilleraie-Tillay
www.soc-et-foc.com

« Apprend-on un jour à faire la mer, à caresser de tout son long ? Sait-on jamais envelopper d’un souffle court l’onde tremblante ? Quelle plage originelle est-il question de regagner pour que la peau se crible enfin d’étoiles, et s’élève la vague intérieure qui perle de chaque pore offert ? »


un temps pour tout

Lucile Lux
Éditions Soc et Foc
2014
9 €
3 rue des Vignes, La Bujaudière 85700 La Meilleraie-Tillay
www.soc-et-foc.com

« Le temps qui passe à travers les petites choses qui rythment notre vie…
Succession d’anecdotes personnelles, objets du quotidien et émotions diverses qui s’entremêlent. »


Je, d’un accident ou d’amour

Loïc Demey
Cheyne éditeur
2014
48 pages
16 €
www.cheyne-editeur.com

« A mi-chemin de la nouvelle et de la poésie. Mi-prose, mi-vers. Seize courts chapitres et une histoire. Une histoire d’amour, le récit d’une rupture aussi, dans une langue dynamitée qui redonne, suite au travail de sape, de la saveur aux mots. »


Sous le lichen du temps

Joëlle Gardes
Photographies de Patrick Gardes
Éditions de l’Amandier
Collection Accents graves accents aigus
Octobre 2014
62 pages
14 €
www.editionsamandier.fr ou en librairie

« C’est une double promenade que nous propose ce recueil, à travers les jardins et à travers les souvenirs. C’est sur un mode discontinu, dans une écriture dépouillée, presque minimaliste et sans pathos, comme dans une confidence à mi-voix, que ces textes égrènent ce thème du temps qui recouvre tout de sa patine comme le lichen enfouit l’écorce vive sous sa mousse.

« si je restais couchée sans bouger sur le sable, sentirais-je mieux la pulsation du temps dans les rayons qui me réchauffent ? (…) »